8192000981_8aa9d13d95_b

Violence psychologique, 8 signaux d’alerte

Quels sont les signes qui indiquent que nous vivons dans une relation violente ?

La violence, dans le couple, ce n’est pas seulement donner des coups, bousculer, maintenir, pousser. Elle peut être plus sourde, plus subtile, peut-être plus dangereuse. Et elle guette les hommes comme les femmes. Le texte qui suit est écrit au masculin parce que c’est aux hommes que ce site est adressé. Le propos concerne naturellement également les femmes.

Violence psychologique

Il n’est pas question ici des querelles occasionnelles, des hauts et bas de toute relation. Mais des attitudes sur le long terme.

Contrôler, harceler, humilier, refuser d’écouter, blâmer, abuser, tromper, cacher, mentir, crier, intimider et manipuler psychologiquement sont des exemples d’abus.

Ceux d’entre nous qui ont eu une enfance bousculée, marquée par la violence psychologique ou physique ont plus de risque de vivre des relations abusives une fois adultes. Inondés de cris puis douchés d’excuses sans cesse, couverts d’un amour ponctuel, suivant des accès de colères parentaux, ils peuvent devenir des adultes qui n’ont pas conscience des signaux indiquant un abus. Ceux qui ont été grondés, corrigés, rabaissés ou abusés physiquement risquent d’être violents dans leur couple, avec leur famille à cause des cycles de violence psychologique qu’ils ont intégré.

 

Quand réagir ?

Si vous avez eu – comme beaucoup – ce type d’enfance ou simplement si vous vous interrogez sur l’état d’une relation qui ne vous satisfait plus, lisez ces huit points de vigilance pour vos relations intimes. Ce sont des signaux, des alertes. Des états d’âme qui, cumulés et répétés, indiquent que vous vivez dans une relation marquée par la violence psychologique, que vous êtes abusé :

- Vous êtes exagérément attentif aux besoins des autres, au détriment des vôtres. Avec le temps qui passe, si vous êtes dans une relation abusive, vous apprenez à marcher sur des oeufs pour ne pas mettre votre partenaire en colère. Vous faisiez peut-être cela avec un de vos parents et le répétez inconsciemment. Se taire, ne pas donner votre avis, ne pas vouloir faire de remous, justifier vos attitudes par « oh, j’exagère certainement » sont tous des signes que vous ne vous écoutez pas vous-même. En fait, à chaque fois que vous vous demandez si vous devriez être fâché ou non à propos de quelque chose, c’est que vous n’écoutez pas votre voix intérieure.

Vous ne voyez plus vos amis aussi souvent qu’auparavant. Parce que vous êtes sans cesse en train d’essayer de réparer une dispute ou d’essayer d’oublier un événement douloureux de votre relation. Rater des événements sociaux ou passer un week-end à se quereller plutôt que de s’amuser ensemble est un signe de mauvaise relation. Vous pouvez vous sentir isolé parce que votre partenaire demande tout votre temps. Peut-être vous surprenez-vous même à justifier le comportement de votre partenaire, à l’excuser. Avec le temps, les victimes perdent leur estime d’eux-mêmes et questionnent leurs propres réactions, jusqu’à se reprocher leurs états d’âme.

a_sad_man_b_w_by_thaddman-d31s1wx

Vous abdiquez souvent dans d’autres situations de vie. Dans n’importe quel type de conflit, vous baissez désormais les bras. Plutôt que de défendre votre point de vue, vos besoins, vous restez muet. Peut-être à cause de la fatigue causée par tous ces conflits à la maison. Il peut vous sembler que parler de vos besoins et de vos désirs, c’est entamer une bataille. C’est maintenant plus simple de s’adapter et de renoncer plutôt que de risquer une nouvelle tension.

Vous n’êtes pas capable d’identifier ce dont vous avez besoin et ce que vous ressentez. Les enfants qui ont grandi dans des foyers en défaillance émotionnelle, dont les parents étaient en difficultés, ont appris à mettre les parents en premier, à veiller aux émotions de leurs parents plutôt qu’à leurs propres envies. Si les enfants n’apprennent pas les bons liens, les bonnes limites et ne peuvent pas se concentrer sur eux-mêmes, ils prennent l’habitude de penser hors de leurs propres besoins et grandissent en les ignorant.

Vous acceptez des dangers immédiats sans réagir. Craindre la colère de son partenaire au point d’accepter de prendre des risques sans réagir. Par exemple, la conduite automobile agressive d’un partenaire que vous n’évoquez pas et que vous supportez en serrant les dents pour ne pas le faire exploser.

Vous vivez fatigué. La fatigue et le doute systématique sur ses propres avis sont des signes d’une relation malsaine. Lorsque vous avez du mal à prendre des décisions par vous-même, que vous pensez que vos raisonnements deviennent brumeux et prenez l’habitude de vous questionner vous-même plus souvent que vous vous fiez à ce que vous savez.

Vous acceptez des relations sexuelles sans désir. Avoir des relations sexuelles sans en avoir envie régulièrement, pour conserver la paix. A chaque fois que vous vous trouvez en train de faire quelque chose que vous ne voulez vraiment pas uniquement pour préserver la paix et éviter une colère, vous renoncer à votre autonomie et à votre pouvoir sur vous-même.

Vous répétez des cycles de ruptures et de réconciliations. Connaître de vraies ruptures, suivies de pardons et de retour ensemble, en oubliant les mauvaises attitudes. Donner une nouvelle chance et croire à des promesses vides qui ne deviennent jamais réalité.

 

Ca ira mieux demain

Beaucoup de victimes d’une forme de violence psychologique veulent croire que leur partenaire a changé, croire à un nouveau départ. Elles espèrent que leur amour peut surmonter tous les obstacles.

Quand les enfants qui ont vécu dans un environnement violent ne peuvent pas échapper à des parents colériques, ils apprennent à justifier les mauvais comportement, parce qu’ils ne peuvent pas rompre avec eux. Ils prennent l’habitude d’espérer que leurs parents vont changer. Ce cycle s’intègre. Devient inconscient.

Le vrai amour est un échange. Bien sûr, il faut parfois faire des choses dont nous n’avons pas vraiment envie pour le bien de notre partenaire. Mais on sait, dans nos coeurs, quand cela arrive trop régulièrement.

Le vrai amour entre deux personnes saines permet de respecter des limites, de partager les responsabilités en cas de problèmes et de chercher des solutions sans abus de langage ou manifestations de colère.

La bonne nouvelle, c’est que lorsque vous l’avez, lorsque vous l’avez vraiment, vous regardez en arrière et réalisez que vous n’oublierez jamais les signes d’une relation abusive que vous avez connu. A laquelle vous avez participé.

Les yeux grands ouverts sur la façon dont vous avez été traité et la façon dont vous souhaitez l’être à l’avenir. Cette révélation vous rend beaucoup plus fort. Et plus intelligent. Et capable de tendre la main à ceux autour de vous qui vivent peut-être dans un couple marqué par la violence psychologique. Un par un, on se réveille, on dit non, et on progresse pour toujours.

24 réflexions sur “ Violence psychologique, 8 signaux d’alerte ”

  1. mon frere vie des choses invraisemblable depuis plusieurs annees et il a 5 enfants en plus ont pourrais ecrire un livre en resumer la justice n ecoute qu une seule personne la loi est vraiment que pour les femmes pourtant sa femme est vraiment le diable en personne je ne comprend pas comment il peut passe a travers cela c est incroyable il se plis a tout se qu ond lui donne comme punition car personne n ecoute sa souffrance je sais pas comment il tient encore debout ca me fais aussi mal a moi et a toute notre famille elle a tellement tout inventer et elle cest tres bonne comedienne.en plus en chaise roulante elle peut jouer le role d une plus grande victime pourtant c est le diable en chaise roulante elle finira par le tuer et ce sans etre puni que dieu protege mon frere un pere si devouer pour ses enfants seul dieu pourra faire quelque chose .comment une seul personne peut reussir a faire autant de mal a autant de personnes a la fois je sais pas qui recevra ce message mais je le lance dans l univers pour que tout cela cesse le plus rapidement j ai peur de le perdre c est tellement une bonne personne je laime que justice sois rendu
    je suis du quebec

    1. Ma tirant est pareille elles sont forte meme en faisant tout se qu’elle veut sa ne va jamais j ai meme erreter de travailler pour m occuper de la maison parce qu’elle ne fait rien du tout que de jouer a des jeux sur internet en urlant  » un café fils de pute  »  » t as fait le linge la vaisselle les gosses on fain ,…… »

  2. A lire ce texte je suis victime depuis plusieur annee je ne vois plus mes amis ni ma famille .ce n’est que elle ses crises perpétuelles  » degage de notre vie grosse merde , on vivra mieu sans toi , tu ais un faible un lache ,… » et le pire c’est que quand je prend mes affaires et que je suis décidé a partir elle dit  » regarder les enfants papa ne vous aimes plus il part » c’est une manipulatrice or paire elle arive toujours a retourné toute les situations a son avantage. Je souffre . Une autre chose le jour ou nous sommes partis en vacances le soir je n ai pas eu le droit de dormir parce qu’il fallait preparer les sacs de tt le monde et ensuite je n etait qu un faible parce que pour faire 400 km j ai dû m arreter toute les 30 min pour ne pas m endormir au volant anvec les enfants dans la voiture en parlant de voiture combien de fois j’ai du dormir dans ma voiture meme en pleine hiver ou dormir par terre en me disant les chien ne dorme pas dans un lit.je suis désespérer et j attend la fin de ma vie avec impatience. Merci de m avoir lu et peut etre de votre soutien.

    1. Aussi elle mele toujours toujours les enfants a nos disputes ne soyer pas comme lui et aussi elle les montent contre moi surtout l aîné qu elle prend plus pour une copine que pour notre fille et les deux autre souffrent aussi sa se voi je ne saurais l expliqué mais je le sens.

    2. Je connais une personne dans le meme cas, pas d enfants en commun, marie mais pas d immobilier, il dit ne plus la supporter se sent responsable et ne bouge pas……j ai du mal a comprendre

    3. Il ne faut pas attendre la fin de sa vie.continuer a croire l’amour existe et vous avez le droit au respect comme tout individu.

    4. Bonjour je m appel lili j’ai 32 ans je suis marié à se genre d attardé mental qui pense que je suis acquise, soumise, il n’est quand même pas au point de ta « femme » bourreau mais la vie est belle regarde tes enfants et dis toi que tu n es pas la seule victime la dedans tes enfants aussi, porte plainte, prend tes enfants, prouve tes dire et soignez vous. Il existe des centres pour t’aider à sortir de cet enfer. renseigne toi! Bon courage

  3. Mon meilleur ami vit cette forme de violence conjugale, mais il ne veut pas le reconnaître et culpabilise. La femme avec qui il vit menace de se suicider et feint de passer à l’acte à chaque fois qu’il parle de partir ou qu’il quitte la maison juste pour un moment. Elle se refuse à lui depuis des années et lui crie dessus tout le temps. Les querelles sont quotidiennes, et il préfère se taire plutôt que d’affronter sa violence et les conflits. Cela dure depuis des années. Il a eu quelques amies, et j’en fais partie. Elle est jalouse et malade. Il a fait un AVC il y a quelques années, puis un cancer du côlon, puis deux leucémies et des malaises cardiaques, mais ses signes ne suffisent pas à ce qu’il se rende compte qu’il doit quitter cette manipulatrice et rompre cette relation toxique. Le chantage est permanent. Il concerne, notamment, le fait d’encore voir ses petites-filles. Son fils est complice du chantage. Je ne comprends pas comment un tel vide d’amour peut exister, et j’en souffre, moi aussi. J’étais une fervente féministe, mais quand je vois à quel point la violence d’une femme possessive et manipulatrice, active dans l’avoir et absente de l’être, peut détruire un homme d’une telle valeur, je ne peux plus partager les valeurs d’un mouvement qui nie cette violence, l’explique et lui trouve excuses et explications. J’entends dire autour de moi qu’il l’a bien mérité, qu’il a sûrement fait quelque chose pour que cela se passe ainsi, exactement les arguments des hommes pour justifier leur violence à l’égard de leurs épouses et compagnes. Quand sortirons-nous de ce cercle vicieux?

  4. Les souffrance remonte j’en ai pleuré …. on se dit toujours que notre situation est minime alors qu’elle est grave et que c’est dure de l’admettre et de partir….

  5. Est ce qu une femme alcoolique qui n agresse qu en etat de manque ou d etat d ebriete averé est une manipulatrice ? Tu n es qu une merde, un bon a rien, nul au lit. Elle dit n avoir jamais aimé son mari mais en société joue a la femme amoureuse……

  6. J’ai 23 ans , je vais bientôt fêter mes 2 ans de relations toxiques terminé ,j’étais avec un copain violent , toujours des disputes , meme l’argent qu’il me réclamer je lui donnais mais ce n’étais pas suffisant il me faisait mentir à ma propre famille , mes relations familiales et amicales se sont dégradés car j’étais devenu une menteuse , mes amies me disait aussi que j’avais du faire quelque chose pour qu’il me frappe.Il venait nuit et jour chez moi , criait , on se bâtait les voisins voyait des scènes ou je passait mes nuits devant chez moi a céder pour ne pas qu’il crie dans tout le quartier.
    il m’obligeait à lui faire des choses en présence de mes amies , ou meme quand il n’y avait personne , je n’avait personne à qui parler , je disait que je tombais que j’étais maladroite , c’étais toujours de ma faute , meme quand nous avons rompu il était chez moi , je ne voulait plus rentrer chez moi sans une présence policière .
    Aujourd’hui je n’ai plus confiance en personne je vois en chacun une partie de lui ,tromperie , mensonge , violence physique mais aussi psychologique il disait que sans moi il ne vivrait pas.
    C’est fini je suis heureuse de m’en être rendu compte mais jamais je ne n’oublierai ce que j’ai vécu et sa m’a changé à jamais.

  7. C’est malheureux de se rendre compte qu’on s’est mit seule dedans. Parce que nos parents nous l’on fait subir. Mes enfants le subissent et le subiront donc sûrement encore…
    Je suis désespérée. Je pense que je n’aurai jamais le courage de partir. Et puis tout mon entourage le soutien. Il est si parfait, qu’elle comédie.
    Je me suis perdue… L’amour existe-t-il vraiment ?

    1. Ça fait 15 ans que je suis avec mon compagnon. Et je vien de constaté que je vis un enfer. Je ne prend pas de coups, je peut sortir. Je ne travail plus. J’ai pris soins de son fils depuis qu’il a 3 mois et il a maintenant 15 ans. J’ai une fille avec lui. Il est là mais je suis malheureuse. Je ne sors pas le soir lui oui. Si j’ai pas encore fait le repas de midi et il rentre je cours dans la cuisine pour faire semblant pas parce que il va me frapper mais nous avons déjà eu tant de dispute pour ça. Car mon compagnon pense que c’est le rôle d’une femme de faire à manger et faire tous dans une maison. Je fait tant de chose pour lui faire plaisir mais j’ai jamais l’impression que ça suffit. Et les tromperie. Il m’a tromper avec la fille du voisin j’était enceinte , ensuite avec une autre et une autre et une autre etc et je continue à lui pardonné. Je fait l’amour avec lui et j’ai pas envi. Tous ce qui est en moi me dit de prendre ma fille et de partir, je sais que j’aurai le soutien de mes soeurs mais tous ce qui est nouveau me fait peur. C’est le premier homme avec qui je vis. C’est que cette vie que je connais. Et je n’aime aller à l’aventure. Mais je sent en moi que 15 ans c’est trop et que j’en ai marre. C’est tout.

    1. Courage. La vie est trop précieuse et votre vie vaut la peine d’y croire et de ne pas abandonné. L’amour peut détruire une personne si elle n’ai pas équilibre et je comprends que l’on peut vouloir trouver une fin mais croyez en vous en votre force et vos qualité.

  8. j’ajouterais la privation de relations sexuelles sous prétexte qu’il n’en fait jamais assez….le priver de son enfant car il selon elle il est incompétent comme père alors que c’est faux. Elle est enseignante au primaire alors elle se dit plus éduqué que lui et sait mieux. Etc……….
    Mère d’un fils violenté psychologique par sa conjointe

  9. j’ai peut-être été un de c’est bourreaux .mais ma femme me le disait. Elle foutue dehors unebfin de mois et a garde ma paye . elle travaillait quand elle voulait mais moi qui travaillais je ramené un salaire , mais jamais assez .enfin elle ma mis dehors ma 30000€ de crédit a la conso a mon nom (que je paye) mais je suis heureux maintenant. Plus jamais je laisserais faire chacun chez soit.la elle avec un nouveau mec qu’elle dépouille. J’ai eu trois enfants qui ne veulent même plus la voir. Je suis rester 25 ans a tout lui donné.

  10. malheuresement g la meme vie pour moi c pas une vie je survie je v pu surpporter longtemp qui peut aider svp mes enfant son ma seul force malgre que je ma croche mais ma santer decroche

  11. Je reconnais certains points par rapport à mon ex. Je l’ai quitté il y a deux mois. Quand il me sonne, l’entendre me vide, je perds toute combativité. Mon souci, c’est pour notre fille… Comment va t’elle grandir? Est-ce que cela risque d’avoir une mauvaise influence sur sa vie?

Cet article vous interpelle ? Laissez-nous un commentaire ici !