Archives par mot-clé : Conseils

Le point G expliqué aux hommes en 9 points

 Le point G, où est-il ? Que fait-il ?

 

L’éducation sexuelle des hommes n’existe pas. L’exaltation de la compétition entre hommes implique que nous ne pouvons pas aborder nos doutes et nos questions entre nous. Sans avoir jamais reçu d’aide, nous nous contraignons à l’excellence ou au complexe. L’homme simple ouvre cette indispensable conversation dans ses pages consacrées à la sexualité masculine.  

Le point G. Où est-il, que fait-il ?

Les magazines masculins et féminins, guettant le sensationnel bandant se gaussent sans cesse de guides pour amener les femmes au grand panard. Avec autant de talent qu’une otarie, souvent, il faut le dire.




A force de conseiller aux hommes d’entrer deux doigts dans le vagin de leur partenaire, de les recourber vers le haut et de stimuler la paroi du bout des doigts en attendant l’ébullition, les magazines masculins frustrent tous les apprentis : ça marche pas, putain, ça marche pas !!

***

Pour les femmes, les articles sur le point G et l’orgasme nécessaire sont crispants à plus d’un titre. Ils le sont aussi pour nous, pauvres incapables contraints de lire des méthodes surexcitantes qu’on est pas foutus d’appliquer une fois allongés.

L’exhortation à la jouissance des femmes n’est pas agréable pour nos partenaires !

Parler à tort et à travers des manières de les faire jouir ne les libère en rien et accroit même la pression sur leurs performances sexuelles nécessaires, souhaitées, obligatoires.

Fuyons donc l’art dominant de l’incitation à la servilité sexuelle et examinons avec les yeux d’homme simple la question du point G, voulez-vous ?

Le point G en 9 points ?

1. Découverte. Selon la spécialiste Ovidie, actrice de cinéma pornographique versée dans l’édification des masses:  Le point G se trouve sur la paroi supérieure du vagin lorsque la femme est couchée sur le dos, deux phalanges après les petites lèvres. Dans une zone qui a une texture distincte du reste du vagin. Un peu rugueuse et bosselée. En appuyant dessus avec un ou deux doigts, cela provoque une sensation désagréable, voire une envie de faire pipi. C’est là. Mais il faudra attendre que la tension sexuelle soit montée considérablement avant de pouvoir y toucher pour faire du bien.

2. Pourquoi G ? Parce qu’un docteur allemand du nom de Grafenberg a décrit en premier cette zone sensible de l’intérieur du vagin. C’était en 1950.

Depuis lors, les toubibs et spécialistes démontrent de temps en temps qu’il existe. Et de temps en temps qu’il n’existe pas. Il n’est donc encore qu’hypothétique. Il faut prendre le point G avec des pincettes (c’est un façon de dire, hein !).

Le point g

3. L’histoire en deux mots. Jusqu’aux années 60, grosso modo, la sexualité féminine est destinée au partenaire mâle. A son plaisir et à sa reproduction. Autant dire qu’il est surtout question de pénétration et que les études sur la sexualité féminine ne sont pas légions dans un monde de recherche médicale dominé par les hommes.

A la fin des années 60, because le féminisme, on commence à parler de la sexualité féminine hors des seuls coïts. Clitoris par ci, masturbation féminine par là.

La stimulation du clitoris, le cunnilingus et la masturbation sont une libération sexuelle, la fin de l’asservissement au pénis.

A ce moment de l’histoire, le Point G de l’ami Grafenberg est annoncé comme étant une escroquerie développée par les hommes pour maintenir le sexe reproducteur et androcentré (focalisé sur le sexe masculin). Grâce au point G, on retourne à la pénétration, on se concentre sur l’homme et on arrête d’emmerder le monde avec son clitoris.

En 1980, des sexologues toujours américains (à se demander pourquoi les américaines baisent si mal, mais c’est une autre histoire, basée sur mon expérience personnelle peut représentative des 150 millions d’étasuniennes potentiellement actives) ressortent Grafenberg et ajoutent l’éjaculation féminine, comme conséquence de la stimulation du point G, le zénith de l’orgasme.

Aujourd’hui, les féministes – que nous soutenons – veulent qu’on lâche la grappe aux femmes avec des injonctions de jouir de telle ou telle manière et d’autres continuent à vendre des recettes pour provoquer des orgasmes qui font cligner des yeux à nos partenaires (qui se laissent faire, évidemment, en bons objets sexuels sots et léthargiques) !

-> Lire aussi : Comment ils m’ont appris à baiser comme un cow-boy

Le plaisir féminin et l’homosexualité, Jésus a dit que c’est pas bien.

Si la lutte pour une sexualité féminine non-reproductrice est un combat social ardu et essentiel, il faut admettre que menée vent debout, elle a des conséquences collatérales. Comme par exemple, le fait d’éluder l’existence du plaisir vaginal.

Le point G

4. Recherche médicale. La recherche est maigre ou inexistante. Sans sombrer dans les théories complottistes, on peut quand même expliquer sans prendre de risques que la recherche est centrée sur les hommes, en sexologie aussi. Et que l’existence de cas de femmes qui éjaculent n’a pas suffit à faire dire au corps médical que cette possibilité existait. On regarde ailleurs.

Le Point G a été disséqué, parfois, par certains toubibs, sur des cadavres (c’est gai), annoncé comme existant, certain, démontré. Puis son existence a été remis en cause par d’autres spécialistes. Aujourd’hui encore, on ne sait pas si ça existe vraiment.

5. Stimulation. On gardera de ces contorsions l’idée que le point G existe puisqu’il est certifié par nombre de femmes qui vantent la qualité de leurs orgasmes par lui provoqué. Mais qu’il n’est qu’une zone érogène parmi d’autres qu’on ferait bien de ne pas se mettre à masser comme un pot de confiture congelée qu’on voudrait réchauffer sous peine de prendre une claque, au mieux.

Pour le plaisir des femmes, comme pour celui des hommes, un rapport sexuel est avant tout une histoire, une progression, des faveurs et que le plaisir ne se commande pas.

-> Lire aussi : Comment bien faire l’amour à une femme. 

Le point G. Ce qu’en disent les femmes qui sentent un plaisir qu’elles lui attribuent.

6. C’est où ? A l’intérieur du vagin, sur la paroi supérieure.

7. Orgasme plus puissant. La zone sensible qu’est le point G, stimulée correctement, mène les femmes a des orgasmes différents de ceux provoqués par le plaisir clitoridien.

Le point G

8. Excitation. Elle est indispensable. Stimuler cette zone sans avoir fait monter le désir et l’excitation lui donnera l’envie d’uriner. Très désagréable. Pas du tout souhaitable. L’amour est une montée en harmonie, bande de branques (voir Comment bien faire l’amour à une femme) !

9. Le point de l’amour. La relation sexuelle vaginale est intime. Plus intime que la stimulation du clitoris. Elle renvoie à l’idée de possession. Et de fusion complète entre deux êtres. Etre pénétrée n’est pas une mince affaire, la profondeur est physique autant qu’émotionnelle.

L’être amoureusement, en tirer de l’excitation et du plaisir et un comble. Mais beaucoup de femmes ne connaissent que rarement cette jouissance et n’expérimentent que des pénétrations ennuyeuses, au service de leurs partenaires. En développant des relation saines et respectueuses, les hommes utiliseront les informations de cet article pour enrichir et décomplexer leur vie sexuelle.

L’homme simple milite pour une sexualité saine dans laquelle les partenaires se respectent et vivent ensemble des rapports intimes sans violence. 

Le point G

Crédits photos : Flickr/Stf.O – Flickr/Epi.Longo

Pour Noël, offrez le chasseur de têtes amoureuses Alexander Bale

Le chasseur de têtes amoureuses Alexander Bale

Alexander Bale est un cabinet d’un nouveau genre

Avis aux lecteurs : ce billet est un article sponsorisé. Qu’est-ce que ça signifie ?

Cette entreprise propose à ses clients – des hommes et des femmes célibataires, séparé-e-s ou divorcé-e-s – de prendre en main leurs recherches de « l’âme soeur »  à la manière d’un cabinet de chasseur de tête professionnel.

Alexander Bale proposer un service personnalisé, pouvant inclure bilan amoureux, coaching amoureux et conseils en image, sous la devise Réussir sa vie amoureuse comme on réussit sa vie professionnelle ! Les consultants sont des spécialistes en coaching et en recrutement. Ils adaptent leur compétences acquises dans une nouvelle sphère : les relations privées. Le fondateur de cette entreprise, Fabio Minciotti et son associée, Bruna Godino, répondent aux questions du blog AuroreinParis. D’autres mentions dans les médias : ici.

L’Homme simple apprécie cette démarche. Nous recommandons les services de ce cabinet à nos lecteur-trice-s.

Coffret-cadeau à offrir pour Noël

Pour Noël, Alexander Bale propose un coffret-cadeau à s’offrir ou à offrir à un ami célibataire, pour profiter de ses prestations (clic sur l’image ci-dessous pour accéder au site et au coffret)

Coffret cadeau Alexander Bale
Coffret cadeau Alexander Bale

Envoyons donc nos amis à la recherche d’une vie de couple chez Alexander Bale !

Aider ses amis célibataires à retrouver une vie amoureuse épanouissante est légitime mais souvent délicat. Alexander Bale nous apporte la solution : pour seulement 299 euros, en se cotisant à plusieurs, on peut ainsi offrir à un ami célibataire leurs services personnalisés.

C’est un service de luxe que nous offrons et un moyen de, peut-être, changer sa vie.

 

Trouver « l’âme soeur » grâce à des professionnels

 

Comme  les chasseurs de tête qui recherchent des talents pour une entreprise, Alexander Bale définit un Profil à partir des attentes de ses clients et se met en recherche active. Le cabinet propose ainsi des services sur-mesure et s’adresse à des personnes en dynamique professionnelle mais n’ayant pas toujours le temps ou l’opportunité de rencontrer des personnes leur correspondant. Il accompagne et conseille les célibataireset les met en relation lorsque leurs Profils concordent.

Adapter les méthodes de gestion professionnelle à la vie sentimentale est une excellente idée, que L’Homme simple soutient sans réserve. De même, inciter les hommes à se faire accompagner dans leur quête amoureuse nous semble une démarche positive : les hommes qui n’ont pas trouvé une relation amoureuse « éternelle » avec un amour d’adolescence peinent souvent à trouver les moyens de construire des relations.

Les rencontres fortuites, les coups de foudre et les amitiés qui se transforment en histoire d’amour ne sont souvent que des fantasmes réservés aux comédies romantiques. Puisque nous ne pouvons décemment plus nous livrer à la sérénade sous le balcon d’une partenaire espérée, profiter des services sérieux d’un cabinet comme Alexander Bale nous paraît pertinent et sage.

Arrêtons de culpabiliser face à notre célibat et donnons-nous les moyens de nos ambitions !

Ca ne fonctionnera peut-être pas. C’est vrai. Comme dans la vraie vie. Alexander Bale n’a pas de superpouvoirs. Il ne peut pas trouver une compagne à coup sûr et garantir l’amour jusqu’à ce que la mort nous sépare. La vie non plus, en fait.

Mais rencontrer une personne neutre et expérimentée qui fera un bilan de votre vie émotionnelle, vous écoutera et vous conseillera est déjà une expérience positive et valorisante.

Si vous suivez nos conseils et vous adressez à ce cabinet, nous sommes intéressés à lire ci-dessous vos expériences dans les commentaires ci-dessous.

 

54 vérités sur la vie

3415995911_76019e1b3f

Il faut parfois des démonstrations répétées. Parfois une forte expérience suffit. Voici les 54 points de l’Homme simple. Sur la vie, le monde et ses habitants. De la philosophie en slogans.

  1. Tu ne peux pas changer les autres
  2. C’est cent fois plus difficile de brûler des calories que de s’empêcher d’en consommer
  3. Si tu parles à quelqu’un que tu ne connais pas bien, il se peut qu’il en sache beaucoup plus que toi sur le sujet dont vous parlez
  4. Les modèles les plus chers et les modèles les moins chers sont en général des mauvaises affaires
  5. Tout le monde aime les gens qui expriment leur avis brièvement
  6. Ton humeur fluctuera durant toute ta vie. Essayer de contraindre des états d’âme ne rendra le changement que plus difficile
  7. Les enfants sont des créatures étonnamment honnêtes, jusqu’à ce qu’on leur apprenne à ne plus l’être
  8. Crier rend toutes les situations plus compliquées
  9. Chaque fois que tu t’inquiètes à cause de ce que les autres pensent de toi, tu t’inquiètes en réalité de ce que tu penseras de toi
  10. Tous tes problèmes sont de ta responsabilité, peu importe qui les a causés
  11. Si tu ne doutes jamais de tes avis, tu as probablement très souvent tort
  12. Gérer ses propres envies est probablement la compétence la plus puissante qu’un homme puisse acquérir
  13. Personne n’a tout compris
  14. Le cynisme est bien trop simple pour être utile
  15. Tout ce que tu détestes te déteste en retour : personnes, situations et objets, tout.
  16. Les gens embellissent tout, c’est une règle
  17. La colère révèle une faiblesse de caractère, la violence encore davantage
  18. Les humains ne peuvent pas détruire la planète. Mais ils peuvent détruire sa capacité à les maintenir en vie. C’est ce que nous faisons.
  19. Ceux qui se plaignent le plus, accomplissent le moins.
  20. Les dettes de cartes de crédit détruisent les âmes
  21. Personne ne sait ce qui se passe dans le monde. Personne. C’est bien trop grand pour qu’une seule personne ne puisse bien le comprendre
  22. L’essentiel de ce qu’on voit n’est que ce qu’on croit voir
  23. Si ce que tu fais est parfaitement sûr, il y a probablement une meilleure manière
  24. La plus grande innovation dans l’histoire de l’humanité, c’est le langage
  25. Blâmer est le passe-temps de ceux qui n’aiment pas les responsabilités
  26. Toutes les personnes que tu rencontre sont meilleures que toi dans quelque chose
  27. La preuve n’est qu’une collection d’opinions qui confirment la tienne
  28. Ce qui rend les humains différents des animaux c’est que les animaux parviennent à être eux-mêmes facilement
  29. Etre très organisé peut améliorer drastiquement la vie de chacun
  30. Les gens causent de la souffrance quand ils souffrent eux-mêmes. Les soulager permet d’éviter qu’ils ne s’en prennent à d’autres
  31. La grande qualité vaut n’importe quelle quantité. Qu’ils s’agisse de propriétés, d’amis ou d’expériences.
  32. Le monde serait meilleur si tout le monde lisait National Geographic
  33. Si tu n’es pas heureux seul, tu ne seras pas heureux en couple
  34. Sentir dans ses tripes n’est pas qu’un euphémisme. La tension dans l’abdomen révèle la puissance de nos émotions, au-delà des arguments et de la raison.
  35. La posture et l’habillement changent profondément ce que tu penses de toi-même et ce qu’on pense de toi. Que ça te plaise ou non.
  36. Tout le monde pense être un conducteur au-dessus de la moyenne.
  37. Le besoin de punir les autres a plus de rapport avec la frustration qu’avec la correction
  38. D’une façon générale, les gens pensent beaucoup trop
  39. La justice est une invention humaine inatteignable, mais nombreux sont ceux qui détruisent des vies en s’en réclamant
  40. Les mots sont très puissants. Une remarque cruelle peut blesser quelqu’un pour la vie
  41. C’est facile de rendre quelqu’un heureux en étant simplement courtois
  42. L’essentiel de ce que les enfants apprennent de leurs parents n’a pas été enseigné volontairement
  43. L’ingrédient secret est en général du beurre, en quantité obscène
  44. Les problèmes sont rarement aussi douloureux que l’expérience de la crainte qu’ils ont généré
  45. Il n’y a pas assez de femmes dans les postes à responsabilités. Le monde a souffert de ce défaut depuis assez longtemps
  46. Quand tu ne tiens pas une promesse que tu t’es faite, tu te sens très mal. Si tu en prends l’habitude, tu commences à te haïr.
  47. Tu ne peux pas cacher une mauvaise humeur aux gens qui te connaissent bien. Mais tu peux toujours être poli
  48. Parfois, il faut retirer certaines personnes de ta vie, même s’ils sont de ta famille
  49. C’est inutile de finir un livre que tu n’aimes pas. La vie est trop courte pour ça. Avale ta fierté et repose-le sans le terminer
  50. Il n’y a aucun lien entre le prix d’une marque de piles et leur durée de vie
  51. Moins tu possèdes d’objets, plus ils te sont utiles
  52. Einstein était plus sage qu’intelligent. Et c’était un génie
  53. Quand tu en as assez de ta vie, c’est un bon moment pour commencer un livre
  54. Espérer que les choses soient différentes est un bon moyen de se torturer

 

 

Cette liste est inspirée de listes, d’articles, de livres et d’expérience. Elle peut être complétée idéalement par les commentaires que les lecteurs voudront laisser au bas de ce billet.

Les Dinosaures Envahissent la Maison : Jeu pour Apprendre la Créativité

14. Congelés

Au mois de novembre, ces parents américains font croire à leurs enfants leurs dinosaures sont vivants.

Chaque soir, quand les enfants sont couchés, les parents de la famille Tuma au Kansas, fabriquent une scène complète avec les jouets. Les dinosaures envahissent le réfrigérateur, démontent la salle de bains, cherchent un trésor dans l’aération, créent un groupe de rock ou peignent les murs du salon.

Le matin, les mômes découvrent l’activité nocturne des dinosaures et commencent un nouveau jeu. Et les parents publient chaque jour de novembre la photo de la scène fabriquée dans la nuit et les commentaires des enfants.

Sur le compte facebook de ce projet qu’ils ont appelés Dinovember (ou Dinovembre), les internautes peuvent commenter la création et proposer leurs propres projets.

Le résultat est hilarant et permet de songer à la question de l’imagination et la créativité dont nous pourrions faire preuve pour animer la vie de nos familles.

Jeu pour apprendre à inventer

En jouant ce jeu, la famille transmet un message. Elle veut donner aux enfants le goût des idées, des histoires à fabriquer et de la patience.

Contre les tablettes, les téléphones portables et les consoles de jeu qui vendent du divertissement sans efforts, cette initiative attire l’attention de l’Homme simple. Etre père est un défi considérable, nous en parlons souvent. Elever des enfants, c’est passer un peu de temps, autant que possible, consacré à eux, pour développer leur potentiel et les rendre heureux. Plutôt que leur offrir de quoi passer le temps en l’oubliant, ils leurs offrent de quoi trouver les ressources en eux pour se créer de beaux instants.

Ci-dessous les plus amusantes créations de ces parents formidables et les réactions des internautes sur le site et sur les comptes twitter et facebook de la famille.

Les dinosaures sont devenus fous

20. Complètement détruit le monde

Commentaire des enfants : les dinosaures ont détruit le monde !

 

20. Crayons

Les dinos ont leur propres conception de l’art graphique

 

18. Salle de bains

 

 

Commentaires des enfants : Oh ! Alors là, les parents ne vont pas être contents.

17. Popcorn

 

Les dinosaures découvrent les avantages de la paternité grâce à un documentaire

16. Graffitis

 

 

Dinosaures qui se lancent dans le Street Art
14. Midnight snack

 

 

Ils se sont préparés un en-cas nocturne
14. Congelés

 

L’âge de glace accidentel !
1. Trésor

 

Les dinosaures ont trouvé un trésor dans l’aération !

13. Torture ninka

 

Les jouets sont sous la menace des dinosaures

12. Chevaliers

 

Dinosaures fous à lier

11. Dessins portraits

 

Nous avons quelque chose d’humain !

10. Jeux

 

Ils ont joué au docteur !

9. Vaiselle

 

Après avoir mis le souk les dinos font un peu d’ordre

8. Cuisine

 

Les dinosaures cuisinent

6. Toilettes

 

Commentaires des enfants : Papa, viens voir ce que les dinos ont fait dans la salle de bains !

5. Vase

 

Commentaires des enfants : le vase préféré de maman !

 

 

1. Céréales

 

Les dinosaures mangent des céréales

2. Fruits

 

Et des fruits

 

Groupe de musique

 

 

Le groupe de rock des dinos

 

21 Conseils Pour la Vie

 

 

Hung-22

 

Conseils pour la vie, inspirés

par le travail de H. Jackson Brown

 

  1. Etre courageux. Si vous ne l’êtes pas, prétendez que vous l’êtes. Personne ne peut voir la différence.
  2. Ne pas laisser le téléphone interrompre des moments importants. Il est là pour notre confort, pas pour celui des appelants.
  3. Oser avancer sur la branche, c’est là que sont les fruits.
  4. Ne pas brûler les ponts. On est parfois surpris par le nombre de fois qu’il faut traverser une même rivière.
  5. Le besoin émotionnel le plus important de tout être, c’est de se sentir apprécié. Ne pas l’oublier.
  6. Ne pas dire qu’on n’a pas le temps. Nous avons exactement le même nombre d’heures que Pasteur, Michel-Ange, Mère Teresa, Léonard de Vinci et Albert Einstein.
  7. Apprendre à dire non poliment et rapidement.
  8. Ne pas perdre de temps à nous apitoyer sur des erreurs passées. Apprendre d’elles et avancez.
  9. Ordonner ses priorités. Personne, sur son lit de mort, n’a jamais dit « ah, si seulement j’avais passé plus d’heures au bureau ».
  10. Mesurer sa réussite en fonction des sensations de paix, de bonne santé et d’amour.
  11. Apprendre à écouter. Les opportunités frappent parfois à la porte très doucement.
  12. Laisser toujours les choses dans un état un tout petit peu meilleur que celui dans lequel on les a trouvées.
  13. Vivre sa vie comme un exclamation, pas une explication.
  14. Relax ! A part ce qui met en péril la vie, rien n’est aussi important que ce que l’on croit au premier abord.
  15. Ne pas couper ce qui peut être détaché.
  16. Ne pas surestimer notrepouvoir de changer les autres. Et de nous changer.
  17. Songer que les gagnants font ce que les perdants n’ont pas envie de faire.
  18. Rechercher les opportunités, pas la sécurité. Un bateau est en sécurité dans un port. Mais après des années, il se retournera et coulera.
  19. Chercher ce qui est juste plutôt que celui qui a raison. Arrêtez de blâmer les autres.
  20. La réussite, c’est avoir ce que nous voulons. Le bonheur, c’est aimer ce que nous avon.
  21. L’importance de gagner, ce n’est pas la récompense. Mais ce qu’on en fait.

Cette liste est inspirée par le travail de l’écrivain et publicitaire américain H. Jackson Brown Jr  qui a rédigé des recommandations simples à notre usage.

Ces conseils pour la vie, recommandations et listes de petites règles sonnent comme des éclairages ou des rappels à une vie simple et heureuse, plutôt qu’à la compétition, à la colère et à l’individualisme.

Son travail a été publié en français au début de l’année dans un volume intitulé Le petit livre de la vie. Cet ouvrage qui a réalisé des records de vente aux Etats-Unis (New York Times Bestseller) fait un cadeau fantastique pour les hommes. Qu’ils pourraient également s’offrir à eux-mêmes. Pour le commander, L’homme simple vous propose le lien ci-dessous.

Photo – Série Hung / Hbo

Violence psychologique, 8 signaux d’alerte

Quels sont les signes qui indiquent que nous vivons dans une relation violente ?

La violence, dans le couple, ce n’est pas seulement donner des coups, bousculer, maintenir, pousser. Elle peut être plus sourde, plus subtile, peut-être plus dangereuse. Et elle guette les hommes comme les femmes. Le texte qui suit est écrit au masculin parce que c’est aux hommes que ce site est adressé. Le propos concerne naturellement également les femmes.

Violence psychologique

Il n’est pas question ici des querelles occasionnelles, des hauts et bas de toute relation. Mais des attitudes sur le long terme.

Contrôler, harceler, humilier, refuser d’écouter, blâmer, abuser, tromper, cacher, mentir, crier, intimider et manipuler psychologiquement sont des exemples d’abus.

Ceux d’entre nous qui ont eu une enfance bousculée, marquée par la violence psychologique ou physique ont plus de risque de vivre des relations abusives une fois adultes. Inondés de cris puis douchés d’excuses sans cesse, couverts d’un amour ponctuel, suivant des accès de colères parentaux, ils peuvent devenir des adultes qui n’ont pas conscience des signaux indiquant un abus. Ceux qui ont été grondés, corrigés, rabaissés ou abusés physiquement risquent d’être violents dans leur couple, avec leur famille à cause des cycles de violence psychologique qu’ils ont intégré.

 

Quand réagir ?

Si vous avez eu – comme beaucoup – ce type d’enfance ou simplement si vous vous interrogez sur l’état d’une relation qui ne vous satisfait plus, lisez ces huit points de vigilance pour vos relations intimes. Ce sont des signaux, des alertes. Des états d’âme qui, cumulés et répétés, indiquent que vous vivez dans une relation marquée par la violence psychologique, que vous êtes abusé :

Vous êtes exagérément attentif aux besoins des autres, au détriment des vôtres. Avec le temps qui passe, si vous êtes dans une relation abusive, vous apprenez à marcher sur des oeufs pour ne pas mettre votre partenaire en colère. Vous faisiez peut-être cela avec un de vos parents et le répétez inconsciemment. Se taire, ne pas donner votre avis, ne pas vouloir faire de remous, justifier vos attitudes par « oh, j’exagère certainement » sont tous des signes que vous ne vous écoutez pas vous-même. En fait, à chaque fois que vous vous demandez si vous devriez être fâché ou non à propos de quelque chose, c’est que vous n’écoutez pas votre voix intérieure.

Vous ne voyez plus vos amis aussi souvent qu’auparavant. Parce que vous êtes sans cesse en train d’essayer de réparer une dispute ou d’essayer d’oublier un événement douloureux de votre relation. Rater des événements sociaux ou passer un week-end à se quereller plutôt que de s’amuser ensemble est un signe de mauvaise relation. Vous pouvez vous sentir isolé parce que votre partenaire demande tout votre temps. Peut-être vous surprenez-vous même à justifier le comportement de votre partenaire, à l’excuser. Avec le temps, les victimes perdent leur estime d’eux-mêmes et questionnent leurs propres réactions, jusqu’à se reprocher leurs états d’âme.

a_sad_man_b_w_by_thaddman-d31s1wx

Vous abdiquez souvent dans d’autres situations de vie. Dans n’importe quel type de conflit, vous baissez désormais les bras. Plutôt que de défendre votre point de vue, vos besoins, vous restez muet. Peut-être à cause de la fatigue causée par tous ces conflits à la maison. Il peut vous sembler que parler de vos besoins et de vos désirs, c’est entamer une bataille. C’est maintenant plus simple de s’adapter et de renoncer plutôt que de risquer une nouvelle tension.

Vous n’êtes pas capable d’identifier ce dont vous avez besoin et ce que vous ressentez. Les enfants qui ont grandi dans des foyers en défaillance émotionnelle, dont les parents étaient en difficultés, ont appris à mettre les parents en premier, à veiller aux émotions de leurs parents plutôt qu’à leurs propres envies. Si les enfants n’apprennent pas les bons liens, les bonnes limites et ne peuvent pas se concentrer sur eux-mêmes, ils prennent l’habitude de penser hors de leurs propres besoins et grandissent en les ignorant.

Vous acceptez des dangers immédiats sans réagir. Craindre la colère de son partenaire au point d’accepter de prendre des risques sans réagir. Par exemple, la conduite automobile agressive d’un partenaire que vous n’évoquez pas et que vous supportez en serrant les dents pour ne pas le faire exploser.

Vous vivez fatigué. La fatigue et le doute systématique sur ses propres avis sont des signes d’une relation malsaine. Lorsque vous avez du mal à prendre des décisions par vous-même, que vous pensez que vos raisonnements deviennent brumeux et prenez l’habitude de vous questionner vous-même plus souvent que vous vous fiez à ce que vous savez.

Vous acceptez des relations sexuelles sans désir. Avoir des relations sexuelles sans en avoir envie régulièrement, pour conserver la paix. A chaque fois que vous vous trouvez en train de faire quelque chose que vous ne voulez vraiment pas uniquement pour préserver la paix et éviter une colère, vous renoncer à votre autonomie et à votre pouvoir sur vous-même.

Vous répétez des cycles de ruptures et de réconciliations. Connaître de vraies ruptures, suivies de pardons et de retour ensemble, en oubliant les mauvaises attitudes. Donner une nouvelle chance et croire à des promesses vides qui ne deviennent jamais réalité.

 

Ca ira mieux demain

Beaucoup de victimes d’une forme de violence psychologique veulent croire que leur partenaire a changé, croire à un nouveau départ. Elles espèrent que leur amour peut surmonter tous les obstacles.

Quand les enfants qui ont vécu dans un environnement violent ne peuvent pas échapper à des parents colériques, ils apprennent à justifier les mauvais comportement, parce qu’ils ne peuvent pas rompre avec eux. Ils prennent l’habitude d’espérer que leurs parents vont changer. Ce cycle s’intègre. Devient inconscient.

Le vrai amour est un échange. Bien sûr, il faut parfois faire des choses dont nous n’avons pas vraiment envie pour le bien de notre partenaire. Mais on sait, dans nos coeurs, quand cela arrive trop régulièrement.

Le vrai amour entre deux personnes saines permet de respecter des limites, de partager les responsabilités en cas de problèmes et de chercher des solutions sans abus de langage ou manifestations de colère.

La bonne nouvelle, c’est que lorsque vous l’avez, lorsque vous l’avez vraiment, vous regardez en arrière et réalisez que vous n’oublierez jamais les signes d’une relation abusive que vous avez connu. A laquelle vous avez participé.

Les yeux grands ouverts sur la façon dont vous avez été traité et la façon dont vous souhaitez l’être à l’avenir. Cette révélation vous rend beaucoup plus fort. Et plus intelligent. Et capable de tendre la main à ceux autour de vous qui vivent peut-être dans un couple marqué par la violence psychologique. Un par un, on se réveille, on dit non, et on progresse pour toujours.

15 règles pour ne pas être un homme à la con

Ne pas être un homme à la con, c’est du travail.

Scream_crosathorian

  1. Embrasser ses amis. Serrer des mains, c’est bon pour se présenter. Les bons amis s’embrassent, poitrine contre poitrine, une ou deux mains dans le dos. Ca dure une seconde. Ca ne fait pas de vous un homosexuel en lutte.
  2. Apprendre à rire de soi-même. On s’est tous surpris à se prendre trop au sérieux. Les hommes bons savent bien recevoir une moquerie.
  3. Avoir des amies et ne pas coucher avec elles. La variété des amitiés est le sel de la vie. Avoir de nombreux amis, des deux genres, offre une vie pleine de variété.
  4. Se préparer à faillir. Se tromper, ce n’est pas la fin du monde. Ca prépare à essayer plus fort la prochaine fois. On peut aussi utiliser ses erreurs pour penser à pardonner à d’autres.
  5. Etre actif et intéressé à la politique. Chaque vote est important. Et l’actualité politique est plus supportable si on s’y intéresse un peu.
  6. Faire ce qui nous rend heureux. Ce boulot merdique qui paie bien nous procure-t-il vraiment du bien-être. Ne serait-ce pas le temps d’en changer et de voir ce que le changement peut apporter ?
  7. Penser au choix de nos mots. Il est temps de renoncer à nègreniakmongol, pédé et gonzesse. Il y a plein d’autres mots pour dire ce qu’on veut dire. Ceux-là ne nous grandissent pas.
  8. Renoncer au harcèlement. Se moquer des plus forts, c’est agréable. Se moquer des plus faibles, c’est mal. Le faire à répétition, c’est du harcèlement. Même si ça nous fait rire, si on trouve que le mot est bon et que ça nous valorise de faire rire les autres avec une bonne vanne, renonçons à faire à d’autres ce qu’on ne voudrait pas qu’on nous fasse.
  9. Etre féministe. Vivre dans un meilleur monde. Les féministes ne détestent pas les hommes. Partager l’idée que nous sommes tous égaux.
  10. Etre courtois en voiture. On nous voit. Cet être qui hurle sur un autre conducteur, qui secoue la tête comme un dément, qui insulte, c’est toujours nous. Pardonner les erreurs, chercher le compromis, laisser vivre les autres, sur la route aussi.
  11. Retrouver le respect sexuel. Laisser croire qu’on est exclusif avec quelqu’un en la trompant avec d’autres, c’est malhonnête. Il faut changer une des deux attitudes.
  12. Pleurer. Journée pourrie, lâchez une larme. Excès de pression, multiples ennuis qui s’empilent, vous n’êtes pas seul. Supporter nos émotions ne fait pas de nous des femmes, mais des humains. Nous devrions saluer les larmes des hommes, saines et gratuites.
  13. Parler d’homophobie. Il n’y a rien de mal a être gay, lesbienne, transgenre ou bisexuel. Et ce n’est pas contagieux. Embrassons nos amis pour ce qu’il-elle-s sont et pour ceux-celles qu’il-elle-s aiment.
  14. Reculer comme un héros. A cause de l’alcool et/ou de la colère, vous sentez votre agressivité arriver ? Reculer et allez-vous en. Une seconde de trop et un coup donné peuvent ruiner plusieurs vies.
  15. Ne rien exclure. Sortir de ces certitudes. Ca ne fait pas de nous une personne de caractère, mais bornée, rigide et amère. Sortir de notre vocabulaire les prises de positions extrêmes, arrêter de trouver tout scandaleux ou fantastique et ne jamais dire jamais. Homme bon, la nuance et le doute sont tes amis.

Cette liste n’est pas exhaustive. Ajoutez vos propres règles en commentaire !

Le meilleur parfum pour homme

Comment appliquer le meilleur parfum pour homme

L’homme simple applique du parfum avec parcimonie et bon sens. Croire les magazines masculins et la publicité vous incite à tenter d’être un mélange de David Beckham et de Michou. Ce n’est souvent pas très réussi et mène les plus perfectionnistes d’entre nous à des mélanges musc-patchoulis inopportuns qui inondent des cachemires qui ne méritaient pas ça.

Crédit image : bonnegueule.fr
Crédit image : bonnegueule.fr

Pour être simple, beau et bon – ce que ce blog propose à ses lecteurs – l’homme simple choisira des parfums discrets et en usera avec humilité !

Deux coups de spray, sur la peau

Pas plus. Et pas ailleurs. Fuyez les vantards qui vous conseillent d’en oindre vos cheveux, vos aisselles ou – pire – vos parties génitales. Le parfum s’applique sur la peau du torse, en sortant de la douche, en deux coups de spray.

L’erreur classique du mâle frénétique est d’augmenter la dose en cas d’intention charmeuse. Que ce soit pour votre patron, votre belle-mère ou la femme qui vous fait soupirer, il en va du parfum comme des roulements d’épaules : doucement les gaz !!

Votre principal atout est d’être propre et frais. A moins d’un régime alimentaire contrarié ou d’hygiène douteuse, vous sentez délicieusement bon l’humain sans artifices. Le parfum est une accroche, pas une tapisserie qui cache les trous !

Crédit image : tumblr.com
Crédit image : tumblr.com

Vous ne sentirez jamais le bois touffu et les épices moirées avec une note de citron !

Etre ou paraître. L’éternel dilemme vaut pour le parfum. Mais ce conseil vous aidera peut-être à choisir votre fragrance : choisissez un parfum qui sent ce que vous êtes. Et évitez les parfums qui sentent celui que vous aimeriez être. Regardez-vous, demandez-vous ce que vous pensez dégager et sentez les parfums dans un rayon spécialisé.

Les images de James Bond, James Dean et tous ces mecs qui s’appellent James dans les publicités ne vous facilitent certes pas la tâche. Mais vous trouverez bien en vous quelque chose d’agréable, de fin, que vous pensez que vos semblables apprécient. C’est cette touche que vous chercherez en comparant les parfums.

Crédit image : tumblr.com
Crédit image : tumblr.com

Dans le doute, votez le classique !

Vous trouverez donc le parfum qui vous va en suivant le conseil ci-dessus. Si cela vous est vraiment impossible, choisissez un grand classique et usez en avec la parcimonie recommandée. Comme avec un costume noir bien taillé et une chemise blanche impeccable, vous serez à l’abri de l’erreur.

Le choix de l’homme simple va naturellement vers l’Eau Sauvage de Dior. Cette eau de toilette ne vous fera pas remarquer, mais les fins nez vous reconnaîtront élégance et bon goût. C’est pas mal pour un début.

Crédit image : Dior
Crédit image : Dior