Sois un homme

« Sois un homme » cette belle connerie

Tout ce qu’on casse avec ces trois mots. Tout ce qu’on dit de faux à nos fils, nos élèves, nos neveux, les petits de nos voisins, avec ces trois putain de mots.

Ne pleure pas. Sois courageux. Téméraire. Solide. Dur au mal. Endurant. Grand. Beau. Séducteur. Magouilleur. Menteur s’il le faut vraiment. Pourvoyeur. Directif. Autoritaire. Inspire le respect, exige-le s’il le faut. Domine. Fait reconnaître ta domination. Sois comme ton père. Tu n’es pas malade. Ca ne fait pas mal.

L’égalité, mon fils

Il est temps d’arrêter de parler d’idéaux masculins et d’embrasser l’égalité. La vraie. Celle où on ne parle plus seulement de la réduction des différences.

Et de jeter au feu les nouvelles absurdités populaires qui prétendent que les hommes se sont féminisés à cause des luttes pour les droits des femmes.

Dans ce monde-ci, les hommes – nous – continuons à gagner plus que les femmes et à occuper toutes les places de décision (politiques, religieuses, économiques et culturelles). En matière de violence – contre les femmes ou contre les hommes – nous avons toujours la quasi-totalité de la responsabilité, si ce n’est pas le monopole.

Sois un homme

« Sois un homme » et quoi ? Et tu recevras des récompenses qui comptent : l’admiration des hommes, la liberté de mouvement, une voix d’autorité, le respect. Et une collection de privilèges dans ton travail et tes loisirs. Le paquet all-inclusive du privilège vital : le patriarcat.

En regardant de près, cette inégalité a un prix pour nous aussi : les hommes meurent plus jeunes, ne demandent pas d’aide lorsqu’ils en ont physiquement ou émotionnellement besoin (ce qui pour les femmes s’appelle dépression continue à être appelé stress par les hommes qui en rejettent ainsi opportunément la faute sur d’autres), sont bien plus souvent dépendant à l’alcool ou à la drogue et se suicident à un rythme complètement disproportionné par rapport aux femmes.

Les hommes vivent dans la terrible peur d’être vus comme faibles. Comme n’étant pas des hommes. « Sois un homme » .

Ces notions de masculinité, ce patriarcat, ce sont des constructions. Artificielles. Artisanales. Ephémères. Inutiles. Sources de malheurs permanents.

Isolation

On assomme les garçons de conseils qui incluent la suppression simple de nombreuses émotions et capacités humaines. Depuis leur naissance, on leur fait découvrir que nourrir des enfants et s’en occuper au quotidien sont des tâches qui ne sont pas faites pour eux.

Ils lutteront toute leur vie pour poursuivre des idéaux impossibles. En créant une distance affective aussi grande que possible avec les femmes, les enfants et – curieusement il faut le dire – les autres hommes.

La recette de l’extrême isolation. « Sois un homme ».

Si on veut changer. Non pas pour être gentil avec les femmes et leur accorder les privilèges qu’elles méritent, non. Pour vivre mieux notre propre vie d’homme. Pour être plus heureux, plus longtemps, il nous faut mener à bien deux tâches.

D’abord, nous devons lutter pour l’égalité des genres et contre toute forme d’abus et de violence contre les femmes.

Ensuite, nous pouvons transformer ce que signifie être un homme. Découvrir les diverses manières d’être viril, d’être humain. Et de développer des relations saines. Eduquer nos fils pour qu’ils ne soient pas effrayés par les émotions sans être ostracisés pour n’être pas de vrais hommes

Peut-être que le progrès le plus urgent doit être fait dans le domaine de la paternité.

Il ne faut plus souhaiter de pères qui aident.
Il faut souhaiter des pères qui partagent les responsabilités parentales.
Et un monde où les hommes assument cinquante pour-cent des tâches d’entretien.

En lançant le dialogue entre hommes sur qui nous sommes et qui nous pouvons être, L’homme simple souhaite que nous devenions meilleurs ensemble et obtenions ainsi une qualité de vie plus élevée.

20 réflexions sur “ « Sois un homme » cette belle connerie ”

  1. Bien pensé,bien dit,reste la mise en œuvre…Elle existe déjà, mais il va falloir des dizaines d’années pour que le changement total s’opère…Alors hop on continue dans cette voie…

    1. Bonjour Isabelle,

      C’est vrai, il va falloir des années. Et le travail que nous faisons ici, c’est aussi de faire savoir que ce genre de « mutation » existe. Que les hommes peuvent être différents. Sans cesser d’être valeureux, vaillants et désirables.

  2. La réalité en face! Je vis avec un homme dont la personnalité est façonné par cette éducation dite et non dite…qui se répercute sur ses propres enfant, sa femme et la cellule familiale coule peu à peu…
    La première étape est la prise de conscience…mais le shéma est tellement encrée que c’est dur d’y croire..

    1. Bonjour Sautter,

      Bien désolé pour vous ! La prise de conscience est utile, certes. On remarque toutefois que le fait de rencontrer un homme qui suit un autre modèle, mais qui obtient une réussite validée est plus efficace que la prise de conscience.

      Parce que, souvent, les hommes qui parviennent à se rendre compte de l’héritage patriarcal n’ont pas encore faire de réel pas vers une vie masculine pacifiée, tolérante et des relations saines.

      La compétition, la comparaison et l’idée de la « réussite » sont si profondément ancrées qu’on peut les utiliser pour créer le changement. Vraiment.

      Ainsi, si on arrive à présenter un modèle d’homme qui correspond à la « nouvelle donne » et qui a « réussi » selon les critères patricarcaux habituels (famille, femme, enfants, maison, voiture, admiration, etc..), on obtient de bons succès.

      Bien sûr, les hommes ne sont pas des produits qu’on peut tailler comme on veut, ce n’est pas ce que je veux dire. Mais je travaille ici à la révision des hommes marqués par le machisme et je vois chaque jour des changements nets et solides. C’est bouleversant de réaliser que ce qu’on croit immuable peut en fait parfaitement être complètement renversé.

      Courage !

  3. Ce qui me dérange, c’est votre façon de considérer que votre « combat » contre le machisme repose sur de mauvaises bases et se nourrit d’intolérance. Ce n’est pas parce qu’une cause est bonne qu’on est bon soi-même.
    Vous feriez mieux de vous interroger sur les causes du mal-être gravissime de notre société : les suicides en nombre croissant (les hommes étant sur-représentés), les divorces exponentiels et les séparations de familles recomposées induisant des traumatismes affectifs en cascade, la solitude grandissante et destructrice, et les discours de haine des femmes contre les hommes.
    La seule vérité, c’est que nous vivons dans une société malheureuse, matérialiste et individualiste : oseriez-vous le nier ? Vous êtes-vous demandé pourquoi on en est arrivé à une telle indigence d’humanisme ?

    Ce qui manque le plus dans votre blog, c’est de rappeler sans cesse que la seule nécessité vitale, c’est l’amour et que celui-ci n’est réductible à aucune dictature idéologique, fut-elle inspirée par de bons sentiments.

  4. Bonjour Bob,

    Merci pour votre commentaire.

    Ne voudriez-vous pas, je vous le demande sincèrement, vous atteler à la rédaction d’un billet sur l’amour irréductible et vital à l’homme pour L’homme simple ?

    Pour le reste de votre commentaire, j’ai peur de ne pas bien comprendre le sens du premier paragraphe. Je considère que mon combat se nourrit d’intolérance et je ne suis pas bon parce que la cause est bonne ?? Désolé, mais je m’y perds !

    Si la SEULE vérité, c’est que nous vivons dans un monde malheureux, alors il faut ouvrir le blog mondemalheureux.com et y noyer notre tristesse.

    Ce n’est pas ce que fait L’homme simple. Qui voit de l’espoir, des vertus, des beautés. Et qui songe qu’en parlant de ce que les hommes peuvent faire pour s’adapter aux nouvelles réalités sociales issues de l’heureuse émancipation féminine et ainsi achever la quête de l’égalité, on fait du bien à tout le monde.

    Votre expérience qui nourrit cette colère que je sens (me trompe-je ?) mériterait d’être racontée. Mais je maintiens, nous avons déjà échangé sur ce sujet, que l’asservissement progressif de l’homme par la femme n’est pas une lecture de la société actuelle que je partage.

    Les gémonies auxquelles vous prêtez le féminisme vous rendent nécessairement adversaire du postulat de base du présent blog. Le nombre de fois que vous répéterez votre dégoût n’augmente pas les risques de contamination !

    Cordialement.

  5. A l’inverse, on ne dit jamais à une femme « sois une femme ».
    Pourquoi ? parce que c’est plus naturel d’apprendre à être une femme ? Mais n’est ce pas alors nous cantonner à notre rôle de « femelle » plutôt que de « femme » ?

    Je suis pionne dans un établissement de mecs. Métier du bâtiment, avec plusieurs des stéréotypes qui vont avec. Le problème, ce ne sont pas les élèves en fait. La plupart du temps, ce sont les profs. A base de commentaires sexistes, de réflexions machistes. Même pas les profs d’ateliers ! Non, des profs d’architecture. Dans la classe ou il y a des filles. Les seules de l’établissement, presque.

    Mais j’ai foi en la génération qu’on est en train de former. Il faudra du temps encore. Mais j’ai foi. On y arrivera. Déjà, les élèves commencent à s’opposer à leur profs quand ils font ce genre de réflexion.
    Oui, j’ai la foi.
    Sinon je changerai de boulot.

  6. Cher homme simple et banal,

    Je suis tombé sur ton site par hazard(vraiment !) et j’ai regardé rapidement comme ça tes articles. Il est 3h18 et je n’arrive pas a dormir alors je vagabonde.

    Je ne sais pas si je suis ce que tu appelle un homme simple en faite c’est a peine si je suis intelligent ou fort physiquement objectivement je ne suis pas grand chose vraiment .

    Je sais que tu est contre l’homme traditionnel en résumé c’est cela ? Tu est féministe si j’ai bien compris ? L’homme traditionnel…….il a des valeurs intéressante pour l’homme louche que je suis .
    L’égalité je ne sais pas ce que c’est j’ai jamais rencontré de gens égaux moi, la plupart des personnes ont des capacités supérieures aux miennes.

    Alors des trucs comme « sois fort » c’est un peu utile dans le monde dans lequel on vit , la vie est sémé d’épreuves par la déception , la désillusion etc….alors oui sois fort c’est pas mal.

    Etre endurant? Cela m’aurait bien été utile pour mes études qui sont difficiles, ah quel misère c’est pratique j’aurais du être endurant et déterminé , j’aurais mieux réussi cela est indéniable(le succès n’est pas garanti pour autant mais autant mettre toute les chances de son coté).

    Alors je suis pas grand c’est foutu a part mettre des talons aiguilles mais cela n’est pas mon truc et beau non plus.

    J’inspire absolument pas le respect et pourtant j’aimerais c’est valorisant , l’estime des gens , le regard des autres est important aussi .
    Tiens par exemple , j’ai un ami super robuste qui fait des performances sportives du tonnerre , les gens le respecte et je le respecte aussi , voir des choses impossible a faire sois même inspire le respect que c’est tentant….

    Dominer ? je n’aime pas cela non plus mais dans un cadre de compétiton c’est…..jouissif.

    Je l’ai ressenti une fois ,avec un ballon j’ai fait un dribble et j’ai presque cassé le rein de mon adversaire(c’est une image je te rassure) j’ai véritablement controlé , maitriser et imposer mon rythme a mon adversaire ce qui l’a envoyé dans les roses ,cela a l’air pas mal cela aussi.

    Je ne sais pas si je dois être mon père c’est louche comme truc , un peu comme moi ; personne voudrait être moi alors il ne faut pas faire ce truc c’est important pour l’humanité

    En tout cas , tu me donne envie d’être traditionnel la! c’est des valeurs sacrement balèze dans l’ensemble alors j’aime le début de ton article.

    Bon j’arrête je suis fatigué maintenant et un commentaire qui sert a rien un je vais dormir et arrêter de polluer ton blog bien a toi homme simple

    Signé Homme louche

    1. Bonjour homme blasé,

      Merci pour le commentaire. Il se trouve que les féministes ne sont pas tou-te-s de cet avis. Mais le féminisme étant un engagement pour l’égalité, nous prenons cela pour un compliment. Merci ;-)

  7. Mais de rien au moin vous assumez c est deja sa ;) . Cependant c est belle et bien le feminisme qui créé et qui et créera d avantage … il ne faut pas confondre égalité et soumission de l homme. Et c est pourtant bien ce qui se passe avec les mouvements feministes a deux balles et c est de pire en pire . Vous voulez se qui est bon a prendre mais pas des inconvénients bref jme comprend c est bien le principale …. bye

      1. Avez vous des enfants ? Avez vous deja deja eu une séparation devant un jaf ? Avez vous deja travaillé en usine ? Repondez a ces question et je me ferais un plaisir de vous les citers, cependant si toute vos reponse se finissent par oui vous devez savoir ou je veux en venir. Merci

  8. Cher homme simple, en tant que femme et féministe je me sens très solidaire de vous face à toutes les attaques d’hommes dont vous êtes la cible. (surtout le dernier, là) Vous subissez une partie non-négligeable de la haine patriaco-masculiniste dont notre société dégouline, et servez sans doute un peu de paratonnerre aux femmes féministes, fonction d’une grande utilité pour nous, donc je vous en remercie.

Cet article vous interpelle ? Laissez-nous un commentaire ici !