hommes violents

Les hommes violents font un choix personnel

Les hommes qui s’en prennent à leur femme font un choix personnel. Ce n’est pas un effet, pas une suite logique, c’est un choix.

***

Que cette violence soit physique, par des coups ou des contraintes sexuelles. Ou qu’elle soit psychologique, en exerçant une emprise, en contrôlant les mouvements, les relations sociales réelles ou virtuelles ou en se laissant aller à la colère chronique. Ce sont des choix !

Dans un excellent article publié dans le quotidien The Guardian, Rodney Vlais rappelle cette vérité.

***

On ajoutera que la culture, le patriarcat, le machisme, l’exhortation à la compétition entre hommes et à la possession sexuelle participe de la création d’un modèle d’hommes violents, agresseurs, voire violeurs, dans l’imagination populaire.

Dont on excusera le comportement en s’attachant, comme première mesure d’enquête, à étudier le tempérament de la victime pour comprendre les raisons des coups.

***

On ajoutera que les hommes qui exercent sur leurs compagnes la terreur, la domination et  le pouvoir autoritaire ne font que perpétuer ce qu’ils ont appris de leurs pères et de leurs pairs.

Que dans la trajectoire d’un garçon devenant adolescent puis adulte, il y a la confrontation perpétuelle aux modèles de mâles qui ont toutes les caractéristiques des auteurs de violences en puissance : galvanisation de la puissance, du succès; négation de tout ce qui est féminin ou émouvant; encouragement à la boulimie sexuelle.

***

De quoi faire de nous des êtres frustrés de facto par la comparaison avec ces héros musculeux que nous peinons à suivre. Et de quoi nous perclure de problèmes avec la perte ou l’inexistence du pouvoir et du contrôle qu’on nous devrait.

On ajoutera tout ça, oui.

***

Mais on n’oubliera pas, comme le dit Rodney Vlais, que si la systématisation de la violence conjugale peut être expliquée par ces travers, chaque comportement de chaque homme demeure un choix.

La tristesse, la peur et la colère sont des émotions. Elles doivent être apprivoisées, mais elles existent. En renonçant à comprendre cet héritage, en renonçant à écouter ses émotions et en perpétuant le privilège historique du droit de cuissage et de la correction physique des femmes, les hommes violents font tous des choix individuels.

****

Notre société peut proposer aux hommes, à tous les hommes, de procéder à un vaste examen de conscience. Elle peut fournir des outils permettant la remise en question, la dé-construction de la masculinité et l’apprentissage de nouvelles conditions de vie en couple et en groupe.

Nous devrions mettre à disposition des hommes adultes et des hommes en formation une éducation à la masculinité non-violente – qui ne suppose pas nécessairement la rupture avec l’ensemble des codes de la virilité esthétique et théâtrale – et apprendre ensemble à vivre des relations saines débarrassées de la domination.

Débarassée de la frustration liée à la découverte de l’absence de pouvoir et  de contrôle sur nos semblables.

Ce sera peut-être fait. Il y a du chemin, mais cela existe.

*****

Mais il faudra encore que chaque homme, mis au parfum de l’existence de la masculinité alternative, choisisse seul l’engagement à renoncer à une vie de violence et d’oppression.

***

Nous espérons que cette société saura faire cette proposition, que les hommes oseront s’y rallier et qu’une génération nouvelle, égalitaire et libérée nous démontrera les errements des relations hommes-femmes que nous avions construites.

Pour cela, nous encourageons toutes les démarches socio-éducatives et socio-thérapeutiques destinées aux hommes pour désapprendre l’autorité en héritage reçue par les hommes.

Et nous soutenons tous les mouvements militants proposant l’égalité, la non-violence et le respect entre hommes et femmes.

4 réflexions sur “ Les hommes violents font un choix personnel ”

Cet article vous interpelle ? Laissez-nous un commentaire ici !