3837990915_0224b16cf2

Les femmes aiment les hommes nouveaux

Office-636_Getty Images

Coral Herrera Gomez déclare son amour pour les hommes « révisés »

Article original paru en espagnol le 5 septembre 2013 sur le Blog du journal El Pais. Traduction et adaptation par L’Homme Simple

J’aime les hommes nouveaux. Ils me fascinent. Je connais leur existence depuis l’élaboration de ma thèse de doctorat. Je les ai découvert sur les blogs et les suis aujourd’hui comme une fan amoureuse.




Cette nouvelle passion est peut-être une extension de mon complexe d’Oedipe. Parce que mon père était déjà un nouvel homme. Ma mère travaillait à la fabrique et mon père, écrivain, s’occupait de ma soeur et moi quand nous étions enfants. Il cuisinait, lavait la vaisselle, changeait les couches et baignait ses enfants. C’est lui qui allait faire les courses et qui faisait les lessives.

Il a aimé élever ses filles et nous a éduquées pour que nous soyons des femmes indépendantes et travailleuses.

Mon amour est immense pour ce père si beau, si féministe. Les autres pères me paraissaient très patriarcaux, comparés au mien. A cause de ce complexe d’Oedipe je pense, mon premier compagnon était un homme nouveau également.

Ils ne croient pas que je leur appartiens

En apprenant à le connaître, j’en suis devenue éperdument amoureuse. Mon homme est de ceux qui n’ont pas de problèmes avec leur masculinité. Il n’a donc pas besoin de démontrer sans cesse le macho qu’il est.

Pour moi, c’est un luxe de partager la vie de ce type d’homme parce qu’on peut avoir des conversations profondes. Parce qu’ils n’ont pas de complexe d’infériorité qui les poussent à me diminuer pour ne pas leur faire d’ombre. Ils ne croient pas que je leur appartiens. Ils ne sont pas à la fois jaloux avec moi et séducteurs avec d’autres. Ils ne me mentent pas sans besoin. Ils ne dépendent pas de moi parce qu’ils sont avec moi.

Et ils sont avec moi jusqu’à ce qu’ils ne le soient plus. C’est-à-dire qu’ils ne se sentent pas condamnés à être avec moi : ils sont libres de rester à mes côtés.

Les nouveaux hommes ont beaucoup d’autres avantages. Parce qu’ils sont autonomes, ils travaillent leurs émotions, ils communiquent mieux. A la maison, ils ne considèrent pas qu’ils « aident ». Non, ils assument simplement leur responsabilité totale pour les tâches domestiques et profitent complètement de leur paternité.

Ils sont plus attirants parce qu’ils ne souffrent pas autant que les hommes traditionnels. Ils sont plus créatifs et vivent leur masculinité avec davantage de liberté et de joie. Je suppose que c’est parce qu’ils ne se sentent pas pressés d’exposer leur virilité, comme le sont les hommes patriarcaux.

Les hommes nouveaux existent, je les ai rencontrés

Je recommande souvent à mes amies et amis qu’ils cherchent des hommes nouveaux et qu’ils s’éloignent des mâles alphas et des romantico-tourmentés. Mais mes amis croient que ces hommes nouveaux sont mythiques ou qu’ils sont si peu nombreux qu’ils n’existent même pas. Le jour où on m’a appelé pour participer au Congrès sur les Masculinités de Barcelone, l’an dernier, je me suis sentie chanceuse. J’allais en connaître quelques uns en personne ! J’ai appelé mes amis célibataires pour leur dire que j’allais rencontrer des centaines d’hommes nouveaux. Ils ne m’ont pas crue. Ils ont pensé que j’allais à un congrès Queer. J’étais donc seule au paradis.

3837990915_0224b16cf2

Je suis sortie de cette bulle barcelonaise d’hommes et femmes égalitaires en pensant que d’autres manières d’être sont possibles. D’autres façons de se comporter et d’entrer en relation. J’ai découvert l’immense travail que font ces militants pour démonter la virilité patriarcale, pour transformer et améliorer leurs relations avec leurs compagnes ou compagnons. Pour revendiquer leur droit à profiter de la paternité, pour lutter pour le droit des femmes et des enfants. Le droit à une nouvelle éducation pour les garçons et les filles, débarrassée des stéréotypes et de la création de l’inégalité dès l’enfance.

Ils sont encore peu nombreux. Ils travaillent isolés, sans l’appui des autres groupes féministes. Mais ils ouvrent une voie.

 

Libérer les femmes en travaillant avec les hommes

Je suis convaincue, depuis que j’ai vécu cette rencontrer académico-festive avec les hommes égalitaires qu’on ne peut pas pas libérer les femmes sans travailler avec les hommes. Que nous devons le faire ensemble, pour en finir avec l’éternelle bataille des genres qui divise l’humanité en deux groupes.

Quand on s’est séparés, on parlait de ce voeu et d’autres utopies romantiques. Beaucoup m’ont parlé de leur désir de tomber amoureux de femmes comme eux : dépatriarcalisées. « Je sais qu’il y a beaucoup de femmes nouvelles, de celles qui ne se frustrent pas parce que nous ne sommes pas le Prince Charmant, qui ne s’enfuient pas si nous pleurons, qui nous aiment comme nous sommes, qui ne nous voient pas comme des ennemis, qui savent profiter de la vie et de l’amour. Portons un toast pour souhaiter qu’elles se multiplient, à l’amour égalitaire ! ».

Nous avons trinqué à cette espérance. Je riais en pensant aux utopies qui se créent dans les congrès : le matin, on déconstruit un mythe, le soir on en crée un autre.

Parfois je pense que nous sommes sur le bon chemin pour nous dépatriarcaliser tous ensemble, pour transformer les modèles sur lesquels nous construisons notre identité et nos relations. D’autres jours, je pense que nous allons demeurer dans ce schéma injuste pendant des siècles. Que nous échouerons encore pendant des siècles à nous libérer des oppressions et à réinventer les structures affectives, sexuelles et émotionnelles sur lesquelles nous construisons nos relations.

8292132669_2d93e305f9

Même s’il reste du travail, je crois qu’il faut parler de cette utopie romantique égalitaire parce qu’elle suppose une revendication joyeuse de la diversité. Et parce qu’elle suppose également le droit universel à nous aimer comme cela nous plaît.

Qu’en pensez-vous ? Les femmes sont-elles prêtes à renoncer au traitement de Reines puissantes et les hommes à celui de Rois absolus dans les relations amoureuses ? Cette utopie vaut-elle la peine d’être évoquée quand les racines du patriarcat conditionnent encore si fortement toutes nos vies ?

 

_FAF7376Coral Herrera Gomez est écrivain et blogueuse espagnole, titulaire d’un doctorat en lettres et communication audio-visuelle, spécialiste de la théorie du genre. Son blog :  El rincón de Haika.

 

 

 

 

Crédit photos : Bex Finch/Flickr

29 réflexions sur “ Les femmes aiment les hommes nouveaux ”

  1. Bonsoir ! Tout est dit dans cet article parfaitement dosé… Mon espoir est que cet homme nouveau ne soit plus une particularité, un homme que l’on remarque, parce qu’humain, prévenant, égalitaire, assumant sa propre sensibilité, mais bien un homme comme la plupart des hommes. Ainsi, la minorité serait constituée de  » l’homme ancien « , macho, sexiste, renfrogné… On y vient, on y vient…

    1. On espère qu’on y vient, Tyea. Merci pour ton commentaire. Tes mots touchent le coeur des hommes qui lisent l’homme simple. Les encouragements des femmes à la révision de la masculinité sont bienvenus. Si tu encourages tes connaissances à nous lire et à commenter, nous inciterons davantage d’hommes à l’humanisme, l’égalité et la sensibilité. Merci donc de partager ce qui te plaît ici, pour diffuser notre message.

      Si tu souhaites écrire un post ou un article pour ce blog, c’est volontiers. Nous accueillons toutes celles et tous ceux qui souhaitent participer à la conversation sur les hommes nouveaux.

      Témoignage, histoire, conseils, expériences vécues. Ce qui génère la discussion est sain.

      Amicalement.

      1. Ah c’est votre article !
        Bonsoir, pardon je croyais que c’étais celui de El rincón de Haika.
        Donc, du coup, je ne sais pas comment rectifier mon commentaire ci-dessus, en réponse à celui de Tyea.
        Merci donc pour cet article L’Homme simple ! Très chouette !
        Beaucoup de femmes qui cherchent une relation durables et authentiques, ne cherchent plus l’homme Alpha. Cela ne veut pas dire qu’une relation durable est authentique est dénuée de passion, de séductions, de jeux de toutes sortes qui pimentent le couples, mais tout cela se fait de manière saine.
        C’est cela ce que recherche une VRAIE femme.
        Les autres, sont un peu perdues (comme moi à l’époque), elles cherchent à PROUVER avant tout leur féminité, comme l’homme alpha cherche à posséder la femme et démontrer sa virilité ! Pur égo !

        En tout cas, merci du fond du coeur, ça fait très plaisir de lire tout ça :)

    2. Génial cet article !

      Merci Tyea pour ton commentaire. L’homme nouveau devrait bientôt être l’homme humain de tous les jours, et les autres une minorité (homme Alpha qui se vante comme un paon pour épater la galerie de femmes peu sûres d’elles (comme moi à l’époque), les sexistes, machos, aigris..
      ).
      Les hommes nouveaux, avec de nouvelles vibrations plus élevées, plus dans leur coeur mois dans l’égo … Waou ! ça me donne de l’espoir :)
      Moi qui pensait que l’homme Alpha était le mâle par excellence, en fait c’est mon égo de l’époque qui attirait et était attiré par des hommes qui allaient le flatter puis le tirailler …
      L’homme nouveau donc pour la nouvelle femme que je suis : plus dans mon coeur et en quête d’amour sain avec un homme qui saura le mesurer à sa vrai valeur. Merci El rincón de Haika pour cet article :)

  2. Je découvre cet article et ce blog – sur une thématique qui me passionne depuis plusieurs années : le développement personnel au masculin.

    Je tiens moi même un blog sur le sujet – je pense que trop peu d’hommes savent réellement ce que c’est qu’être un Homme Nouveau comme en parle l’auteure cet article.

    Initié à ce sujet et dans la recherche d’une masculinité juste en 2006 auprès de l’association Mankind Projet Europe Francophone – j’ai découvert pour la première a cette époque que le regard d’un homme pouvait contenir de la bienveillance…que l’homme n’était uniquement dans la compétition pour le pouvoir, l’argent ou les femmes mais bel et bien capable d’équilibrer son féminin et son masculin – non pas pour être identique à la femme mais complémentaire !

    1. Salut Max !

      Merci pour ton message. Je connais ton blog que j’apprécie. Je partage naturellement ton point de vue sur la révision des hommes.

      Ici, nous voudrions recevoir des contributions d’hommes intéressés à partager leurs expériences, leurs histoires autour de la masculinité. Sans être nécessairement dogmatique ou « éducatif ». Il s’agit plutôt de tenir une conversation qui existe trop peu.

      Nous publierons volontiers des articles que tu pourrais vouloir écrire sur ton expérience personnelle !
      Ou n’importe quelle autre collaboration qui pourrait t’intéresser.
      Amicalement.

  3. Merci de lire ENFIN un article qui ne part pas du postulat « les hommes sont des gros machos, sexistes, etc. » ! Vous n’imaginez pas à quel point cela peut me faire plaisir, et croyez-moi, je ne serai pas le seul homme à le penser. :)

    En même temps, j’imagine que celle qui pose ce postulat conduit les hommes à s’interdire d’évoluer, vu qu’elle les catalogue… douce ironie du sort : en faisant ainsi va créer la situation qu’elle dénonce à son encontre.

    Et forcément, quand on laisse ce postulat erroné de côté (oui, il existe des hommes « nouveaux »), forcément la discussion devient de suite plus apaisée… et plus agréable. Je mets « nouveaux » entre guillemets, car pour moi ce n’est pas nouveau (j’ai vu ça dans mon entourage bien avant même d’avoir de la barbe).

    Dingue quand même comme une absence de « catalogage » peut faire comme bien. Je vais même vous donner un scoop : il y a énormément d’hommes qui ne demandent pas mieux que de se comporter en « nouvel » homme, et même certains le font déjà depuis fort longtemps. :)

    Encore merci pour ce billet.

    1. Vous avez raison et votre commentaire nous plaît.

      Ce n’est pas un scoop, Corral Herrera parle de son père comme le premier homme nouveau qu’elle a rencontré.

      En réalité, je crois que le terme « nouveau » est surtout celui qu’utilisent les militants d’une dépatriarcalisation pour désigner les hommes qui sortent « révisés », apaisés, pacifiés de la machine à désapprendre l’hégémonie. C’est donc plus un concept pour savoir de quoi on parle qu’une catégorie.

      Ici, nous avons choisi d’utiliser le terme « homme simple » pour renoncer à l’étiquette, qu’en dites-vous ?

      L’idée est que les hommes qui ne sont pas des « machos, sexistes » comme vous le dites, ne sont pas des hommes « nouveaux » ou « géniaux » ou « superpuissants » ou que sais-je. Non. Ce sont des hommes simples.

      On est très nombreux, comme vous le dites (avec plus ou moins de bonheurs dans nos vies émotionnelles, des faiblesses, des imperfections, certes) mais le problème c’est qu’on ne se parle pas vraiment. Les seules publications qui concernent les hommes sont des tracts à la gloire de la course au plus gros zizi. Si elles font plaisir aux yeux, elles induisent une fausse-réalité que L’homme simple voudrait rétablir : les hommes n’aspirent pas tous à devenir des Bulldozers.

  4. Moi des hommes nouveaux j’en connais beaucoup … ils sont mariés/casés. Et des femmes qui cherchent des hommes nouveaux, j’en connais encore plus…. elles sont célibataires, parce qu’elles sont beaucoup plus nombreuses que les hommes nouveaux.

    Parce que l’homme nouveau, il fait le dire (ça en encouragera sans doute quelques-un à le devenir), il a le choix !!! Les femme qui aiment les hommes nouveaux, elles, elles ont le choix entre être seules ou être mal accompagnées….

    Comme le disait une amie, « si j’avais toujours refusé de coucher avec un macho, je serais encore vierge ».
    Dure est (toujours….) la condition des femmes….

  5. Bonjour,
    Ravi de lire un article comme celui-ci … Perso, je me bats depuis plusieurs mois pour que ma petite filleule (5 ans) laisse tomber ses poupées et cesse de jouer si tôt à la maman, mais rien n’y fait …Les paradigmes familiaux et sociaux ont la vie dure. Einstein disait qu’il était plus facile de briser un atome, qu’un dogme ! C’est ô combien vrai …Le plus fascinant dans l’histoire est que j’ai a lutter « intra-familial » contre autant d’hommes que de femmes (dont le papa !) Mais j’ai promis à ce petit Croissant de Lune que je ne lâcherai pas l’affaire. Quand le temps d’une idée est venu, plus rien ne peux l’arrêter …A suivre donc …
    Une petite remarque sur le texte que je trouve par ailleurs très rafraichissant. En fait, l’important est moins de vivre ou non dans une société patriarcale si l’exemple donné est admirable …Mais alors une question me vient à l’esprit : Comment ça fonctionne entre une « Femme nouvelle » et son Fils ?…

    Au plaisir de vous lire

    JC ( homme nouveau depuis une dizaine d’année à peu près…)

    1. Génial jorge clowné ! J’adore votre commentaire !
      Décidément cet article me fait beaucoup de bien ce soir :)
      Encore une bonne nouvelle, des gens qui parlent avec coeur, simplement.
      Superbe cette phrase : « Einstein disait qu’il était plus facile de briser un atome, qu’un dogme ! »
      Je vais bien dormir cette nuit, avec dans mes rêves, le début d’une vie meilleure remplie de gens bienveillants, intelligents et qui savent communiquer. ben oui, ils ne sont pas la majorité, mais on est quand même plus 7 milliards sur terre! ça en fait du monde qui est d’accord avec cette idée d’homme nouveau, j’en suis sûre !

  6. Et qu’en est-il pour un homme semi-simple ou un semi-homme simple ? Je crains que nous soyons une autre « petite majorité » dans ce cas, comme moi. En effet ma programmation éducationnelle, et mon conditionnement d’homme semi-simple se reconnait pour beaucoup dans cet article, mais pas sur tous les points. ( je vous laisse jouer à deviner lesquels ). Comment, malgré la « logique de la théorie d’équité, de liberté,etc… » se debarrasser de certaines convictions qui font notre édifice, et notre équilibre depuis notre naissance, pour en adopter de nouvelles, et parce qu’inconnues, font peur ? Courage les gars…:-)

  7. Bonjour L’homme simple, moi aussi je suis en couple avec un homme nouveau depuis deux ans et demi, et j’en suis heureuse chaque jour ! Gros baisers et merci aux hommes qui s’interrogent non pas sur la place qui leur appartient, mais leur place à construire au sein du monde…

  8. Bonsoir,

    Je vous remercie pour l’article qui met enfin un mot sur ce que je pratiquais déjà depuis des années.

    En revanche je ne me sens pas pour autant plus heureux, joyeux, etc. Je me sens juste moi, qui subit les aléas de la vie et essaie de changer les mœurs autour de moi, ce qui n’est pas simple.

    Je remarque dans la vie de tous les jours que nous avons hérité de beaucoup de mauvaises habitudes des « anciens » et qu’il est dur de s’en détacher, voire tout simplement de s’en rendre compte.

    Cela est cependant assez intuitif de travailler sa féminité tout comme sa masculinité au sein du même corps sans avoir à rendre des comptes aux autres, il suffit de se sentir vivre et se laisser aller :)

    En revanche je ne connais aucune femme autour de moi qui semble apprécier ce genre d’homme révisé. J’ai même tendance à penser qu’elles se laissent aller dans les filets d’homme très macho et très viril.

    Est-ce une différence qu’on peut noter suivant les pays/régions ?

    1. Salut Olivier, Merci pour le commentaire.
      Je pense que ça existe largement plus qu’on ne croit mais qu’on ne sait pas encore bien où trouver les personnes (hommes ou femmes) qui valident, aiment, désirent les hommes simples.

  9. Bonjour Mesdames !
    Je découvre avec bonheur ce blog ….et confirme que des changements sont en marche et que le besoin est d abordé un débat plus anthropologique afin de comprendre les comportements évolutifs de l homme depuis l instant zéro de l humanité …..
    Beaucoup d hommes sont sur la bonne voie et certainement pour la bonne cause qu est notre survie a tous ( peu de femmes d état ont brandi des déclarations de guerre …au pays voisin )…
    Mais patience et encouragements pour eux…..sans féminisme exacerbée
    Tous n y arrivent pas …mais ils auront essayé et ouvert cette nouveauté ..cette simplicité ..ce new romantisme
    Toutes n y arrivent pas non plus et jetteront l éponge en allant retrouvé le premier macho venu pour être sécurisée
    ..c est un travail d équipe
    de couple
    pour le mieux des générations futures

     » un homme simple  » !

  10. y’a un truc qui m’interpelle : « les femmes aiment… »
    euh..
    « les femmes »
    euh…
    elles sont vraiment toutes pareilles ?
    nan parce que bon, par exemple, celles qui vont dans les mariages anti-mariage-pout-tous ?… je sais pas hein…
    et puis, dans les milieux moins catholique petit-bourgeois et plus smicard-suporter-de-foot populaire que je côtoie fréquemment dans divers job en cdd pour pôvre sénior sur-diplômé qu’on emploie au dernier moment, ben, franchement, faut surtout pas se montrer aux collègues de tous genres selon ce profil de sensibilité là… et socialement, démographiquement, ces gens là sont très nombreux.
    bref…
    ça serait sûrement chouette d’être aimé et d’aimer avec ce type de sensibilité (celle des « nouveaux » hommes), mais j’ai pas du tout l’impression que ça soit largement représenté dans les quartiles centraux de la statistique populaire…

  11. L’article est bien écrit et exprime assez correctement « l’évolution » de la gent masculine selon le point de vue de la femme.

    Cependant il m’interpelle à deux niveaux. Premièrement il généralise les femmes en leur attribuant à toutes les mêmes préférences sentimentales. Deuxièmement, il catégorise les hommes en les divisant en factions.

    Ces deux points ne mettent nullement à mal l’article qui finalement se rapproche bien plus de la réalité que bien d’autres textes féministes.

    Je corresponds plus ou moins à la description de l’homme nouveau (ou de l’homme simple), mais je n’aime pas la nomenclature. Je suis un pur produit de la société de la connaissance, né aux prémices de l’ère digitale, où l’information est abondante et son partage est primordial. Rien de plus.

    La connaissance nous enrichit tous, et je pense que ceux qui sont qualifiés d’hommes nouveaux sont en réalité des hommes qui, à travers l’abondance d’information et la réflexion critique, ont atteint une ouverture d’esprit menant à une philosophie simpliste au demeurant: vivre et laisser vivre.

    De tels hommes existaient déjà auparavant bien sûr, mais je pense que leur nombre croîtra exponentiellement dans les années à venir.

    De manière plus cruelle, je pense aussi que l’organisation de workshops ou séminaires pour éduquer les hommes n’est pas nécessaire. Si la tendance féminine est de s’orienter vers l’ouverture d’esprit et le respect des « hommes nouveaux », laissons les « hommes anciens anciens » s’éteindre naturellement. ;-)

    1. Merci pour ce formidable commentaire !

      La réforme à cuisson lente que vous préconisez nous semble une excellente idée. Nous continuerons à en parler, mais garderons à l’esprit votre thèse optimiste et qui fait du bien.

      Bien à vous.

  12. Vraiment beaucoup aimé cet article, bravo pour votre contribution.

    J’ai été moi même élevée par un père plutôt « moderne » sur beaucoup de points – notamment dans son approche vis à vis de mes petits copains où il ne s’est jamais comporté en macho (et pour quelle raison l’aurait)il fait ?)- et je suis aujourd’hui avec un homme sensible qui n’a pas besoin de se la raconter pour vivre sa masculinité. Et je motive mes ami(e)s à être plus ouverte, à sortir des carcans et à se libérer de l’attraction parfois destructrice qu’elles/ils peuvent avoir pour les êtres qui les rendront malheureux.

    Il y aura toujours des personnes qui ne feront pas changer les choses, mais les hommes et les femmes nouveaux/elles existent !

Cet article vous interpelle ? Laissez-nous un commentaire ici !