Etre un homme brillant

Etre un homme brillant: comment et pourquoi ?

La masculinité, l’art et la manière d’être un vrai homme a été façonnée par notre culture. Par notre milieu. Par notre histoire. Dès le plus jeune âge, les petits hommes s’insèrent dans le modèle masculin courant. Celui qui fera d’eux des hommes brillants. Décryptage.

**********

Comme on naît dans un milieu social, on évolue en assimilant ses codes et ses valeurs. Les enfants grandissent en regardant leurs parents et leurs aînés.

En étudiant leurs modèles et en en reproduisant peu à peu toutes les dimensions.

Les jeunes garçons se construisent ainsi avec l’acquisition de la virilité, en adoptant les attitudes et les comportements qui sont encouragés et félicités par leur entourage. Dès les premiers mois, les garçons sont encouragés à démontrer du courage et à contrôler leurs émotions. Ils doivent développer leur côté actif (puissance physique, opposition avec les autres garçons, conquêtes, propriété, compétitivité) et réprimer les tendances passives et émotionnelles qui n’appartiennent pas aux codes masculins.

En évoluant, les jeunes hommes accomplis répondent au modèle masculin classique, hégémonique, dominateur.

En voici les principales caractéristiques. Pour une meilleure compréhension de ce qui peut être discuté et modifié afin de permettre aux garçons d’évoluer vers une vie sociale et émotionnelle plus équilibrée.

Avoir le contrôle et l’autorité. Exercer du pouvoir sur les autres hommes. Sur les enfants et les femmes en général. Etre un homme, c’est appartenir à une hiérarchie sociale dont on doit être le dominant. Cela induit la peur d’être humilié. Ainsi que le déni de toute peur. Remplacée souvent par la colère, unique moyen d’exprimer de la peur sans perdre le contrôle et l’autorité.

Féconder. Connaître de nombreuses femmes, être apte à les satisfaire sexuellement et à se reproduire. Cette nécessité encouragée dans tous les registres de notre culture (exhortation à la séduction et à la possession à travers les films, les chansons, la presse, la publicité) rend les hommes captifs des exigences de performance sexuelle. Au point que durant toute leur vie, il leur sera impossible d’évoquer la réalité de leur plaisir et de celui de leurs partenaires tant l’indispensable héroïsme sexuel est imposé.

Nourrir. Atteindre l’auto-suffisance économique pour fournir aux êtres dépendant de notre contrôle et de notre autorité de quoi vivre bien. La compétition avec les autres hommes impose même de démontrer une auto-suffisance supérieure à la leur, pour construire son propre succès.

Protéger. Cela inclut nécessairement le paternalisme, savoir mieux que les autres ce qui est bien pour eux. Et les contraindre à rester sous notre protection. En commençant par nos filles (en ajoutant la protection contre les garçons puis les hommes), nos garçons et nos femmes. La nécessité de protection suppose qu’on doit acquérir le courage physique, la témérité et le goût de la bagarre. Augmenter le nombre de personnes identifiées comme étant sous notre protection, en multipliant les responsabilités et les postes d’encadrement (sportif, professionnel, religieux, etc.) augmente le mérite et solidifie la virilité supposée.

Etre validé par les autres hommes. Cette validation se construit en se soumettant à l’examen permanent des autres hommes. Ce sont eux qui concèdent l’entrée des congénères dans le règne de la virilité. Pour obtenir cette validation, il est nécessaire aux hommes de concourir sur de nombreux terrains. De se mesurer aux autres sur les indicateurs culturels de la virilité : richesse, pouvoir, position sociale, compagnes attirantes, etc. La virilité est une construction sociale, historique et culturelle.

Refuser toute association à la féminité. La masculinité classique, c’est le refus implacable de toute féminité, de toute caractéristique associée classiquement aux femmes pour éviter à tout prix d’être catalogué comme étant « à tendances ». 

Etre un pilier. Pouvoir, contrôle, succès, richesse et position sociale centrales dans la communauté.

Avoir du succès. L’homme doit connaître des réussites ! Tous les modèles d’homme que le garçon rencontrera durant son éducation vantent leurs succès. Et condamnent insidieusement l’homme en formation à se débrouiller pour être vainqueur, triomphant, gagnant.  Outre la compétition permanente que cela implique, dans chaque conversation, dans chaque échange humain, dans chaque action privée ou professionnelle, le succès obligatoire contraint les hommes à cacher leurs peurs, leurs failles, leurs échecs et leurs renoncements.

Etre fort comme un chêne. La masculinité classique impose de rester calme et confiant en cas de crise, de maitriser ses émotions et ne montrer aucun doute.

Etre constant. Les hommes ne doivent pas hésiter, ni changer d’avis. Jamais. C’est, dans la mythologie masculine, un élément essentiel pour démontrer ses qualités de caractères. On renoncera donc à tout prix à changer d’avis ou à reconnaître une erreur.

Envoyer paître. Prendre des risques, être aventureux et téméraire, être agressif, sont des preuves de caractère dans le monde de l’homme. Sur la route, les hommes démontrent leur autorité et leur pouvoir en agressant verbalement ou par gestes les autres usagers, en rivalisant en terme de vitesse et de manoeuvres dangereuses pour s’imposer.

*********

Au quotidien, la nécessité permanente de démontrer sa virilité conduit notamment les hommes à poursuivre les objectifs suivants:

  • n’être jamais traduit ou repoussé par une femme
  • avoir du succès au travail
  • avoir autant d’argent que possible
  • être lié avec une épouse aimante et obéissante
  • être toujours prêt aux relations sexuelles
  • toujours relever les défis, particulièrement les défis dangereux
  • être endurant au lit
  • nier tout processus de deuil

Sans réviser ce modèle, questionner l’exigence de succès, de performance, de pouvoir et de contrôle, on n’autorisera pas aux hommes et aux garçons une existence pacifiée.

Les hommes continueront à évoluer dans un monde mythologique rempli de défis, de champs de bataille et de preuves de courages.

***

Pour continuer la lecture, nous suggérons Les femmes aiment les hommes nouveaux, L’égalité expliquée aux hommes et « Sois un homme » cette belle connerie sur L’homme simple.

Sur d’autres supports, on peut découvrir les travaux de Connell, Kimmel, Monick et Berger et Luckmann

Cet article vous intéresse, vous parle, suscite une réaction ? Laissez-nous un commentaire ci-dessous.

Partagez-le si vous le trouvez intéressant pour votre entourage ! 

Etre un homme brillant

 

3 réflexions sur “ Etre un homme brillant: comment et pourquoi ? ”

  1. Merci Gregory, j’ai vu votre commentaire sur le site des inrocks et vous avez tout mon soutient. Pour que tout le monde comprenne que ça n’a rien à voir avec de « l’uniformisation », ou de « l’opposition homme-femme » mais juste à faire l’effort ensemble de permettre à tout le monde d’être soit même sans la pression sociale qui ne renforce que la honte et la frustration.

Cet article vous interpelle ? Laissez-nous un commentaire ici !