Tous les articles par L'homme simple

Ce père se fait tatouer les dessins réalisés par son fils

Au registre des paternités insolites, ce papa a choisi de se couvrir de dessins de son fils. Pour toujours !

Chaque année, Keith Anderson se fait tatouer un nouveau dessin, choisi parmi ceux réalisé par son fils. Le site BoredPanda publie ces photos.

dad-tattoo-son-doodles-keith-anderson-chance-faulkner-4

Un hippocampe, dessiné à six ans

Un robot pour ses dix ans

Keith dit « on continuera à me tatouer des dessins de mon fils jusqu’à ce qu’il n’ait plus envie »

Le dessin de la feuille d’érable, réalisé à sept ans et le tatouage respectif

« Personne que je connais n’a fait de tatouage de dessin d’enfants, pourtant c’est très drôle »

Ce dessin est devenu le tatouage favori de Keith

Maison dessinée à 4 ans

Le tout premier tatouage, réalisé lorsque le fils de Keith était au jardin d’enfants

« Les gens me demandent ce que je ferai quand je manquerai de place. J’imagine que je lui demanderai de faire de plus petits dessins.. »

“La dernière fois, mon fils est venu avec moi et a réalisé une partie du tatouage lui-même. Il a adoré”

Les hommes violents font un choix personnel

Les hommes qui s’en prennent à leur femme font un choix personnel. Ce n’est pas un effet, pas une suite logique, c’est un choix.

***

Que cette violence soit physique, par des coups ou des contraintes sexuelles. Ou qu’elle soit psychologique, en exerçant une emprise, en contrôlant les mouvements, les relations sociales réelles ou virtuelles ou en se laissant aller à la colère chronique. Ce sont des choix !

Dans un excellent article publié dans le quotidien The Guardian, Rodney Vlais rappelle cette vérité.

***

On ajoutera que la culture, le patriarcat, le machisme, l’exhortation à la compétition entre hommes et à la possession sexuelle participe de la création d’un modèle d’hommes violents, agresseurs, voire violeurs, dans l’imagination populaire.

Dont on excusera le comportement en s’attachant, comme première mesure d’enquête, à étudier le tempérament de la victime pour comprendre les raisons des coups.

***

On ajoutera que les hommes qui exercent sur leurs compagnes la terreur, la domination et  le pouvoir autoritaire ne font que perpétuer ce qu’ils ont appris de leurs pères et de leurs pairs.

Que dans la trajectoire d’un garçon devenant adolescent puis adulte, il y a la confrontation perpétuelle aux modèles de mâles qui ont toutes les caractéristiques des auteurs de violences en puissance : galvanisation de la puissance, du succès; négation de tout ce qui est féminin ou émouvant; encouragement à la boulimie sexuelle.

***

De quoi faire de nous des êtres frustrés de facto par la comparaison avec ces héros musculeux que nous peinons à suivre. Et de quoi nous perclure de problèmes avec la perte ou l’inexistence du pouvoir et du contrôle qu’on nous devrait.

On ajoutera tout ça, oui.

***

Mais on n’oubliera pas, comme le dit Rodney Vlais, que si la systématisation de la violence conjugale peut être expliquée par ces travers, chaque comportement de chaque homme demeure un choix.

La tristesse, la peur et la colère sont des émotions. Elles doivent être apprivoisées, mais elles existent. En renonçant à comprendre cet héritage, en renonçant à écouter ses émotions et en perpétuant le privilège historique du droit de cuissage et de la correction physique des femmes, les hommes violents font tous des choix individuels.

****

Notre société peut proposer aux hommes, à tous les hommes, de procéder à un vaste examen de conscience. Elle peut fournir des outils permettant la remise en question, la dé-construction de la masculinité et l’apprentissage de nouvelles conditions de vie en couple et en groupe.

Nous devrions mettre à disposition des hommes adultes et des hommes en formation une éducation à la masculinité non-violente – qui ne suppose pas nécessairement la rupture avec l’ensemble des codes de la virilité esthétique et théâtrale – et apprendre ensemble à vivre des relations saines débarrassées de la domination.

Débarassée de la frustration liée à la découverte de l’absence de pouvoir et  de contrôle sur nos semblables.

Ce sera peut-être fait. Il y a du chemin, mais cela existe.

*****

Mais il faudra encore que chaque homme, mis au parfum de l’existence de la masculinité alternative, choisisse seul l’engagement à renoncer à une vie de violence et d’oppression.

***

Nous espérons que cette société saura faire cette proposition, que les hommes oseront s’y rallier et qu’une génération nouvelle, égalitaire et libérée nous démontrera les errements des relations hommes-femmes que nous avions construites.

Pour cela, nous encourageons toutes les démarches socio-éducatives et socio-thérapeutiques destinées aux hommes pour désapprendre l’autorité en héritage reçue par les hommes.

Et nous soutenons tous les mouvements militants proposant l’égalité, la non-violence et le respect entre hommes et femmes.

Etre un homme brillant: comment et pourquoi ?

La masculinité, l’art et la manière d’être un vrai homme a été façonnée par notre culture. Par notre milieu. Par notre histoire. Dès le plus jeune âge, les petits hommes s’insèrent dans le modèle masculin courant. Celui qui fera d’eux des hommes brillants. Décryptage.

**********

Comme on naît dans un milieu social, on évolue en assimilant ses codes et ses valeurs. Les enfants grandissent en regardant leurs parents et leurs aînés.

En étudiant leurs modèles et en en reproduisant peu à peu toutes les dimensions.

Les jeunes garçons se construisent ainsi avec l’acquisition de la virilité, en adoptant les attitudes et les comportements qui sont encouragés et félicités par leur entourage. Dès les premiers mois, les garçons sont encouragés à démontrer du courage et à contrôler leurs émotions. Ils doivent développer leur côté actif (puissance physique, opposition avec les autres garçons, conquêtes, propriété, compétitivité) et réprimer les tendances passives et émotionnelles qui n’appartiennent pas aux codes masculins.

En évoluant, les jeunes hommes accomplis répondent au modèle masculin classique, hégémonique, dominateur.

En voici les principales caractéristiques. Pour une meilleure compréhension de ce qui peut être discuté et modifié afin de permettre aux garçons d’évoluer vers une vie sociale et émotionnelle plus équilibrée.

Avoir le contrôle et l’autorité. Exercer du pouvoir sur les autres hommes. Sur les enfants et les femmes en général. Etre un homme, c’est appartenir à une hiérarchie sociale dont on doit être le dominant. Cela induit la peur d’être humilié. Ainsi que le déni de toute peur. Remplacée souvent par la colère, unique moyen d’exprimer de la peur sans perdre le contrôle et l’autorité.

Féconder. Connaître de nombreuses femmes, être apte à les satisfaire sexuellement et à se reproduire. Cette nécessité encouragée dans tous les registres de notre culture (exhortation à la séduction et à la possession à travers les films, les chansons, la presse, la publicité) rend les hommes captifs des exigences de performance sexuelle. Au point que durant toute leur vie, il leur sera impossible d’évoquer la réalité de leur plaisir et de celui de leurs partenaires tant l’indispensable héroïsme sexuel est imposé.

Nourrir. Atteindre l’auto-suffisance économique pour fournir aux êtres dépendant de notre contrôle et de notre autorité de quoi vivre bien. La compétition avec les autres hommes impose même de démontrer une auto-suffisance supérieure à la leur, pour construire son propre succès.

Protéger. Cela inclut nécessairement le paternalisme, savoir mieux que les autres ce qui est bien pour eux. Et les contraindre à rester sous notre protection. En commençant par nos filles (en ajoutant la protection contre les garçons puis les hommes), nos garçons et nos femmes. La nécessité de protection suppose qu’on doit acquérir le courage physique, la témérité et le goût de la bagarre. Augmenter le nombre de personnes identifiées comme étant sous notre protection, en multipliant les responsabilités et les postes d’encadrement (sportif, professionnel, religieux, etc.) augmente le mérite et solidifie la virilité supposée.

Etre validé par les autres hommes. Cette validation se construit en se soumettant à l’examen permanent des autres hommes. Ce sont eux qui concèdent l’entrée des congénères dans le règne de la virilité. Pour obtenir cette validation, il est nécessaire aux hommes de concourir sur de nombreux terrains. De se mesurer aux autres sur les indicateurs culturels de la virilité : richesse, pouvoir, position sociale, compagnes attirantes, etc. La virilité est une construction sociale, historique et culturelle.

Refuser toute association à la féminité. La masculinité classique, c’est le refus implacable de toute féminité, de toute caractéristique associée classiquement aux femmes pour éviter à tout prix d’être catalogué comme étant « à tendances ». 

Etre un pilier. Pouvoir, contrôle, succès, richesse et position sociale centrales dans la communauté.

Avoir du succès. L’homme doit connaître des réussites ! Tous les modèles d’homme que le garçon rencontrera durant son éducation vantent leurs succès. Et condamnent insidieusement l’homme en formation à se débrouiller pour être vainqueur, triomphant, gagnant.  Outre la compétition permanente que cela implique, dans chaque conversation, dans chaque échange humain, dans chaque action privée ou professionnelle, le succès obligatoire contraint les hommes à cacher leurs peurs, leurs failles, leurs échecs et leurs renoncements.

Etre fort comme un chêne. La masculinité classique impose de rester calme et confiant en cas de crise, de maitriser ses émotions et ne montrer aucun doute.

Etre constant. Les hommes ne doivent pas hésiter, ni changer d’avis. Jamais. C’est, dans la mythologie masculine, un élément essentiel pour démontrer ses qualités de caractères. On renoncera donc à tout prix à changer d’avis ou à reconnaître une erreur.

Envoyer paître. Prendre des risques, être aventureux et téméraire, être agressif, sont des preuves de caractère dans le monde de l’homme. Sur la route, les hommes démontrent leur autorité et leur pouvoir en agressant verbalement ou par gestes les autres usagers, en rivalisant en terme de vitesse et de manoeuvres dangereuses pour s’imposer.

*********

Au quotidien, la nécessité permanente de démontrer sa virilité conduit notamment les hommes à poursuivre les objectifs suivants:

  • n’être jamais traduit ou repoussé par une femme
  • avoir du succès au travail
  • avoir autant d’argent que possible
  • être lié avec une épouse aimante et obéissante
  • être toujours prêt aux relations sexuelles
  • toujours relever les défis, particulièrement les défis dangereux
  • être endurant au lit
  • nier tout processus de deuil

Sans réviser ce modèle, questionner l’exigence de succès, de performance, de pouvoir et de contrôle, on n’autorisera pas aux hommes et aux garçons une existence pacifiée.

Les hommes continueront à évoluer dans un monde mythologique rempli de défis, de champs de bataille et de preuves de courages.

***

Pour continuer la lecture, nous suggérons Les femmes aiment les hommes nouveaux, L’égalité expliquée aux hommes et « Sois un homme » cette belle connerie sur L’homme simple.

Sur d’autres supports, on peut découvrir les travaux de Connell, Kimmel, Monick et Berger et Luckmann

Cet article vous intéresse, vous parle, suscite une réaction ? Laissez-nous un commentaire ci-dessous.

Partagez-le si vous le trouvez intéressant pour votre entourage ! 

Etre un homme brillant

 

Appel : devenez blogueur-euse sur L’Homme simple !

photo by mayeesherr

Nous avons une conversation sur ce que signifie être un homme au 21ème siècle. Voulez-vous vous joindre à nous ? 

Nous recherchons des gens qui veulent parler des hommes et comprendre les changements de rôles en cours. Pour se distancier des stéréotypes de la presse masculine et de la publicité et parler des hommes tels qu’ils sont, de ce qu’ils vivent. Et partager avec les lecteur-trice-s pour montrer ce qu’ont en commun les hommes d’aujourd’hui.

Si cela vous plairait d’écrire – ou de réaliser toute sorte de production média que nous pourrions publier – au sujet des défis, des tribulations et des bonheurs de la vie des hommes, nous serions heureux de vous compter parmi nos blogueur-euse-s régulier-ère-s.

**********

Vous profitez d’une belle plateforme et d’une audience en forte croissance, que vous nous aiderez à développer. Et surtout, vous participez à la conversation au sujet des hommes, à son progrès et à la fabrication d’une masculinité juste et égalitaire.

**********

Il n’y pas de limites aux sujets que vous pouvez aborder ! Aussi longtemps que vous parlez de quelque chose qui se rapporte d’un manière ou d’une autre à ce qui concerne les hommes dans le monde d’aujourd’hui (c’est-à-dire un bon paquet de domaines, n’est-ce pas ?), nous publierons vos articles.

Nous recherchons l’humour, le décalage.

Mais aussi la vérité crue, les témoignages, les expériences. Ce que nous voulons publier, ce sont surtout vos récits, vos avis. Les articles à la première personne produisent des histoires profondes et utiles à la compréhension mutuelle.

Découvrez notre page A propos pour en savoir plus sur ce qu’est L’Homme simple et d’où nous venons. 

N’importe quel article bien écrit lié à l’homme du 21ème siècle sera publié !

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est intéressé à devenir bloggeur-euse sur la plateforme L’Homme simple, rédigez un bref courrier à l’attention de Gregory Jaquet (jaquetgreg@gmail.com) au sujet de ce qui vous intéresse le plus dans cette conversation.

Exemple d’article de contributeurs sur L’Homme simple

**********

Nous voudrons savoir qui vous êtes, à quoi vous souhaitez contribuer et comment vous souhaitez le faire.

Une idée de votre expérience de vie et/ou d’écriture nous serait également utile. Nous aimerons vos idées, votre capacité à l’honnêteté brute et, sûrement, votre sens de l’humour.

Nous aimerons aussi découvrir votre réseau numérique si vous en avez un. Nous voulons développer cette conversation, la faire grandir et s’enrichir. Les contributeur-euse recevront de la reconnaissance par wagons s’il-elle-s partagent nos préoccupations avec leurs ami-e-s virtuel-le-s et réel-le-s !

Nous participerons au développement de votre réseau – d’ailleurs, l’un des avantages à écrire sur notre plateforme, c’est que vous pouvez espérer agrandir considérablement votre réseau en combinant notre communauté avec vos efforts pour sa croissance !

Les blogueur-euse-s qui s’engagent aujourd’hui ne seront pas payé-e-s et n’auront comme seul avantage matériel que la visibilité qu’offre L’Homme simple, son excellent référencement, les backlinks de qualité et les publications des meilleurs articles dans les médias partenaires comme Rue89/Le Nouvel Observateur. En grandissant, L’Homme simple permettra, nous l’espérons, à ceux-celles qui seront devenus des contributeur-trice-s régulier-ère-s de devenir éditeurs et de percevoir un pourcentage du revenu généré par page vue sur le site.

Le réveil qui sert un café, en voulez-vous ?

Peut-être le meilleur réveil du monde. 

Un designer industriel britannique a dessiné ce très bel objet. Son réveil vous tirera des limbes en vous servant un café. 

La machine chauffe l’eau et tire le café toute seul. Elle doit simplement avoir été chargée la veille !

Le créateur explique que le remplissage de la machine est un second avantage. Il crée un rituel pour la préparation au sommeil et aide à s’endormir en donnant le signal au cerveau que l’heure est venue de lâcher prise et de se relaxer. 

-> lire aussi : fêtes des pères, 7 idées cadeau

Le meilleur réveil du monde barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-2 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-3 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-5 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-6 (1) barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-6 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-7 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-8 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-9 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-10 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-11 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-12 barisieur-coffee-maker-alarm-clock-joshua-renouf-13

Si vous avez bien dormi et vous êtes réveillé avec harmonie grâce à cet objet, peut-être aurez-vous besoin de connaître les 24 règles que chaque homme devrait connaître pour porter le costume.

 

Autruches, cyclistes et footballeurs: même combat ?

 

« On peut déjà en déduire qu’il existe une certaine parenté de pensée entre l’autruche et le coureur cycliste, parenté renforcée encore par le fait que l’un comme l’autre s’arrachent les poils des pattes pour faire joli.

Entre l’autruche et le footballeur, le rapprochement est encore plus flagrant : la danse d’amour, par exemple, est presque la même.

Exemple : mettons vingt-deux autruches dans le désert de Zobi. Donnons-leur une noix de coco. Aussitôt, les autruches se divisent en deux camps de onze et se mettent à courir comme des cons dans tous les sens pour pouvoir taper dans la noix de coco.

Quand une autruche arrive à envoyer la noix de coco entre deux cactus, c’est le signe de l’amour. Les autruches commencent par sauter sur place puis elles se filent des grands coups d’ailes dans le dos et s’embrassent goulûment.

L’instant d’après, c’est la copulation qui assurera la survie de l’espèce autruchienne. Les footballeurs font exactement la même chose, mais leur quotient intellectuel étant légèrement inférieur à celui de l’autruche, ils sont incapables de sortir leur sexe au moment de l’embrassade générale. Alors ils recommencent à taper dans le ballon, jusqu’à épuisement complet. C’est pourquoi les footballeurs ne se reproduisent pas, ils shootent. »

Pierre Desproges, Réquisitoires du Tribunal des flagrants délires, contre Henri Pescarolo

Messieurs, pour la séduire appelez-la !

Les gars, si vous voulez vraiment impressionner une femme qui vous intéresse, prenez votre téléphone… et appelez-la.

Rock, fiction, élégance… et coups de téléphones. Est-ce que tout cela est déjà mort ?

Et bien, merde à la mort. Parce que tu as un numéro ! Cette combinaison numérique magique que tu possèdes appartient à une femme qui t’attire. C’était dans une fête, un bar, sur internet, dans un marché bio, un club de lecture, un café, un mariage, un enterrement, peu importe. Ce qui importe, c’est que tu as son numéro. L’accès à sa poche !
Que vas-tu faire maintenant ? L’appeler ?

Mais bon Dieu non ! Pourquoi l’appellerais-tu ? Pourquoi ne lui enverrais-tu pas simplement un message ? C’est tellement plus SIMPLE !

Tu sais parfaitement comment envoyer un message plein d’une romance irrésistible, de points de suspensions suggestifs, de simulacre d’intérêt passionné et d’humilité. Par exemple : « J’espère que tu vas bien.. » Deux points de suspension. Pas trois. Trois, c’est genre je m’en fous. Non. Deux points de suspension, c’est ton accroche à toi, ton message du bout des lèvres, ton côté James Dean. La version écrite du coup d’oeil à ses reins ou de la main glissée sur sa nuque.

Pourquoi donc appellerais-tu alors que tu sais faire tout ça ?

Tu apparais comme un homme au milieu des garçons

Tous les types, mecs, gars, chouettes gars, zigues, tanches, branques, rock stars, étalons, futurs maris, maris volages commencent leur relation avec une femme par un SMS.

Donc, si tu agis de la même manière que tous les hommes que cette femme attirante à rencontré, pourquoi lui importerais-tu ?

Comment pourrait-elle t’identifier comme ayant une valeur ajoutée si tu te fonds dans le moule général de tous les adultes qu’elle a rencontré ?

Si tu l’appelles alors là..

Si tu l’appelles alors là, tu seras différent dès l’instant où elle verra ton appel entrer sur son appareil. Une explosion en une seconde ou deux dans son esprit. Le temps de comprendre qu’un homme, un vrai, est en train de l’appeler.

Bon sang, quel courage !

Appeler, c’est chaud. Appeler, c’est de l’audace. Du beau boulot. Aujourd’hui, alors que tout le monde s’écrit des messages courts, les femmes – au moins les femmes assez matures, pas celles qui diront Bêêêê, pourquoi est-ce qu’il m’appelle ? i – apprécieront cette audace, cette belle ouvrage.

Mais il ne faut pas agir comme si tu t’étais jeté du haut du Grand Canyon, bien sûr. Même si c’est la première fois que tu l’appelles. Même si c’est la première fois que tu appelles une femme de ta vie, pense que c’est simplement ta manière de faire. Ce que tu fais d’habitude. La procédure standard, Madame ! Parce que si tu le joues profil bas, l’audace apparaît encore plus chevaleresque.

Le gentleman appelle

Avec un seul acte courageux, tu lui montres que deux choses ont ressuscité : l’appel téléphonique et l’élégance.

Envoyer un message, c’est comme le rêve absurde d’un gain à la loterie. Appeler, ça pose un homme qui sait ce qu’il fait, ce qu’il veut et qui bosse pour l’obtenir, tranquillement.

C’est l’essence du gentilhomme. Tu ne veux pas de cadeau, de privilège. Tu veux gagner ce qui as de la valeur. Tu y travailles. Et tu veux jouir des fruits de ce travail.

Il n’y a aucun doute, mon ami, cette femme remarquera tes efforts élégants et courageux.

Existe-t-elle vraiment ?

Veut-elle d’un rendez-vous avec un homme ? Est-elle prête, désireuse, capable, de me rencontrer ?

Et si tu n’étais pas le seul intéressé par elle ? Si il y avait 116 autres hommes en train d’essayer de la séduire ? Si demain, elle quittait le pays ?

Dans un moment de courage stupéfiant, j’ai obtenu un jour le numéro d’une femme qui me plaisait énormément, dans un bar. Quelques jours plus tard, je l’ai appelée et l’ai entendue me dire : « Désolé, je déménage en Corée ce week-end ». Malgré le ridicule de la situation, j’étais satisfait d’avoir appelé. Que serait-il arrivé si je lui avais écrit ? Et bien, j’imagine que le nouveau propriétaire de son numéro de mobile aurait vécu difficilement mon harcèlement numérique !

Bien sûr, elle t’as donné son numéro. C’est un bon signe. Qui signifie probablement qu’elle est attirée par toi. Mais parfois non. Parfois, elle te donne son numéro parce qu’elle voulait te faire plaisir. Ou se débarrasser de toi. Peut-être qu’elle aimerait bien, mais que sa situation est compliquée. Peut-être qu’elle est un homme et que ça t’intéresse moins.

Alors, au lieu de passer des heures, des jours ou des semaines à écrire des messages, prends dix minutes pour l’appeler et en savoir plus sur elle. Tu seras surpris de découvrir ce que tu peux apprendre sur une personne grâce à ses habitudes au téléphone.

Est-ce qu’elle prend l’appel ? Si tu laisse un message, te rappelle-t-elle dans les jours qui suivent ? A-t-elle l’air heureuse de t’entendre ? Est-elle timide, distraite ou absente ? Ou est-ce qu’elle engage la conversation ? T’accorde-t-elle le bénéfice du doute ?

Existes-tu vraiment ?

Quand tu appelles une femme, il n’y a pas moyen de feindre. La conversation est en direct. Pas moyen de se cacher derrière un écran. Pas de réponses vagues. Un coup de téléphone est si réel qu’un silence de plus de quelques secondes peut devenir tout à fait insupportablement bizarre.

C’est pour cela que tu dois l’appeler. Tu cherches une conversation réelle, avec un autre humain. D’une certaine manière, tu te testes. Tu sauras si tu souhaites vraiment passer du temps avec quelqu’un ou si tu veux plutôt rester seul. Si tu n’es pas en train de faire un effort auquel tu ne consacres que la moitié de ton envie.

Parce que si tu n’appelles pas, tu n’es pas vraiment engagé.

C’est très remballer un homme au téléphone !

Voici à quel point c’est facile pour les femmes de rejeter les hommes par message :

….

Les trois points de suspension ci-dessus ne représentent rien, le vide. Et oui, pour rejeter un homme par SMS, les femmes utilisent: rien !

Je parie que vous connaissez très bien ce scénario :

Il écrit : Salut ! Tu veux sortir un de ces soirs ?

Elle écrit : (pas de réponse)

Il : On mange ensemble ce week-end ?

Elle : (pas de réponse)

Il : Comment ça va ?

Elle : (pas de réponse)

Il : Tu reçois mes messages ?

Elle : (pas de réponse)

Mais si tu engages la conversation avec un femme au téléphone, elle te rencontreras en tête à tête presque à coup sûr. Il faut simplement demander.

T’ai-je convaincu d’entrer en relation en l’appelant ? Partage ici, dans les commentaires tes pensées, questions ou idées. Désolé, je ne prends pas d’appels !

Adaptation par L’homme simple, d’un texte du blog amusant et sensé justcallher.com sur la séduction.

Photo arileu Flickr

Les 15 affiches choc de la campagne « arrêtons ce délire avec la beauté »

 

La campagne Stop the beauty madness (arrêter ce délire avec la beauté !) ouvre la discussion sur notre rapport à la beauté physique des femmes. 

Elle nous concerne, nous les hommes. Elle questionne avec efficacité notre obsession pour la beauté physique et notre catégorisation des femmes en fonction de leur apparence.

Cet héritage culturel, patriarcal, machiste, qui fait de nous des examinateurs de corps féminins doit être remis en question.

Depuis des lustres, dans tous les magazines masculins, dans tous les films et surtout dans les bouches de nos pairs, le jugement est permanent. Nous avons grandi avec ça et il faut maintenant nous en défaire pour vivre une vie plus juste et des relations plus saines.

L’homme simple soutient la campagne Stop the beauty madness. Suivez-là sur Facebook, Instagram et Twitter.

Texte de la campagne, traduit par L’homme simple

Au bout d’un moment, tu en as simplement assez !

Assez des standards impossibles. Assez de l’image idéale. Surtout, tu en as assez de l’impression de « pas suffisant » quand il est question de ta propre beauté.

Arrive un moment où une culture féminine toute entière en a eu assez. Ce moment, c’est maintenant.

Bien sûr que j'ai une relation. Avec ma balance.
Bien sûr que j’ai une relation. Avec ma balance.

Aujourd’hui, de nombreuses personnes nous rejoignent pour chanter les vérités d’une nouvelle beauté. Nous sommes une nouvelle tribu et nous savons qu’il est leur de reprendre nos rues. Cela commence par retrouver notre confiance en nous, changer les standards que nous nous imposons et honorer nos vérités profondes sur ce que cela signifie d’être « suffisante ».

Donc, si je lisse mes cheveux, j'irai plus loin dans la vie ? Okay, mais est-ce de la liberté ?
Donc, si je lisse mes cheveux, j’irai plus loin dans la vie ? Okay, mais est-ce de la liberté ?

 

Ce que je ressens quand tu me regardes, à la salle de sport
Ce que je ressens quand tu me regardes, à la salle de sport

Nous sommes témoins du changement. Nous, les femmes, nous savons que nous en avons terminé avec la compétition et la comparaison. Que le jeu beauté/laideur est fini. On se réveille de l’invraisemblable hypnose tyrannique de la beauté.

Ce moment gênant quand tu essaies de décider si je suis jolie.
Ce moment gênant quand tu essaies de décider si je suis jolie.

 

Assez intelligente. Assez talentueuse. Pas assez blanche. #pasobtenuleposte
Assez intelligente. Assez talentueuse. Pas assez blanche. #pasobtenuleposte

 

Nous sommes déterminées à arrêter le délire de la beauté. Pour nous-mêmes, pour nos mères, nos soeurs et nos filles.

Mon copain dit que j'ai pris quelques kilos.  J'adore savoir qu'il continue à me guetter.
Mon copain dit que j’ai pris quelques kilos.
J’adore savoir qu’il continue à me guetter.

 

Une partie de ce progrès comprend la révélation des sales vérités de notre culture. C’est de ça que cette campagne parle.

Comme ça, maman ?
Comme ça, maman ?

 

Je ne suis pas anorexique.  Je ne suis pas malade.  Je ne suis pas un fil de fer.  Je suis mince, c'est une morphologie.
Je ne suis pas anorexique.
Je ne suis pas malade.
Je ne suis pas un fil de fer.
Je suis mince, c’est une morphologie.

 

Ce sont des mots forts qui révèlent les idées qui doivent être comprises pour ce qu’elles sont. Ce n’est pas toujours agréable de découvrir ce qui est caché dans notre psyché, ou juste en-dessous de la surface. Mais c’est essentiel de le comprendre, pour le changer.

J'imagine que tu n'attends pas de moi que je sois un docteur plus tard.
J’imagine que tu n’attends pas de moi que je sois un docteur plus tard.

 

Mes atouts ? Tu es en train de les regarder.
Mes atouts ? Tu es en train de les regarder.

 

Bienvenue dans un monde nouveau – que nous créons ici et maintenant. Dans ce monde, notre beauté est définie par nos vraies qualités et pas par des mesures yeux-nez et poitrine-taille-hanches. Dans ce monde, nous SAVONS que nous sommes davantage que notre apparence, notre taille et notre forme. Dans ce monde, nous rejetons notre rôle de consommatrices hypnotisées et prenons en main le changement.

Pas un homme. Pas une bête.  Pas une dingue. Pas en train d'essayer de prouver quelque chose.  Juste en train de faire un choix.
Pas un homme.
Pas une bête.
Pas une dingue.
Pas en train d’essayer de prouver quelque chose.
Juste en train de faire un choix.

 

"Très intelligente et assez jolie". Ouais, j'entends ça souvent.
« Très intelligente et assez jolie ».
Ouais, j’entends ça souvent.

 

Maintenant plus que jamais, ce monde a besoin que nous arrêtions de nous fondre dans un moule d’idées trop petit pour nous.

Nous sommes ici nombreux pour bousculer la tranquilité, créer une nouvelle culture autour de la beauté. Nous sommes ici pour nous sauver et sauver nos enfants de nos obsessions infantiles et destructrices. Nous sommes ici debout, pour continuer nos vies.

Ma valeur
Ma valeur

 

Les objets dans cette image peuvent être plus petits qu'il ne paraissent.
Les objets dans cette image peuvent être plus petits qu’il ne paraissent.

 

On va où là ?
On va où là ?

 

Qu'est-ce que j'ai appris à l'école aujourd'hui ?  Grosse Truie Baleine Sous-humaine Dégueulasse Pourquoi tu ne te suicides pas ?
Qu’est-ce que j’ai appris à l’école aujourd’hui ?
Grosse
Truie
Baleine
Sous-humaine
Dégueulasse
Pourquoi tu ne te suicides pas ?

 

A Stop the Beauty Madness, nous sommes ici pour vous, pour tout le monde, pour  nous. Nous espérons que vous nous rejoindrez en partageant nos affiches, en suivant nos formations et en ajoutant vos voix à la conversation.